Accès direct au contenu

Foot - Mercato - PSG

Mercato - PSG : Pastore, Lucas, Lavezzi, Ménez… Pourquoi ils ne s’adaptent pas

Ils ont tous été recrutés très cher. Pourtant, aucun n’est encore parvenu à s’imposer au PSG. Le temps presse pour tous ces milieux offensifs… Le PSG n’attend pas.

110M d’euros. C’est la somme dépensée par le PSG pour recruter Javier Pastore (42M d’euros), Lucas (40M d’euros), Ezequiel Lavezzi (30M d’euros) et Jérémy Ménez (8M d’euros). Pour le retour sur investissement, le PSG peut toujours attendre. Ces quatre joueurs déçoivent depuis plusieurs mois au PSG, pour diverses raisons et à des échelles différentes aussi. Pourtant, tous ont clairement eu la possibilité de s’exprimer à de nombreuses reprises, sauf peut-être Jérémy Ménez depuis l’arrivée de Laurent Blanc. Tous ont eu leurs chances. Pourquoi ça ne marche pas ?

Mercato - PSG : Divorce consommé entre Ménez et Blanc ?

MÉNEZ, C’EST PRESQUE MORT

En fin de contrat en juin 2014, Jérémy Ménez n’a jamais vraiment réussi à s’exprimer sous Laurent Blanc. Inconstant, l’ailier droit parisien n’est pas dans les petits papiers de son entraîneur. Pourtant, Ménez a de réelles qualités, notamment de débordement. Mais la constance a trop souvent manqué à l’ex-Monégasque. Ce Paris-là n’est-il pas trop grand pour lui tout simplement ?

LAVEZZI ET PASTORE, LES DEUX GROSSES DÉCEPTIONS

Les deux argentins Javier Pastore et Ezequiel Lavezzi, recrutés respectivement lors des étés 2011 et 2012 pour 42 et 30M d’euros ont montré de bonnes dispositions au début de leur passage au PSG. Avant de s’éteindre. Aujourd’hui, ils paraissent subir le match une fois sur le terrain. Pastore brille par intermittence mais ne parvient pas à prendre le jeu à son compte. « J’ai toujours dit que c’était un très bon joueur. Il a les qualités. Maintenant, il faut que son mental soit à la hauteur de ses qualités techniques , explique Laurent Blanc. Or, pour briller dans un grand club, sans gros mental… Lavezzi a quant à lui un gros souci d’efficacité devant le but. Lavezzi n’a marqué que 6 buts en 45 matchs de L1 avec Paris. C’est peu, bien trop peu. 

LUCAS, IL Y A ENCORE DE L’ESPOIR

Le cas du jeune brésilien est différent. Arrivé lors de l’hiver 2013 pour 40M d’euros, Lucas a montré qu’il avait d’incroyables qualités. Seulement, pour l’instant, le Brésilien a un mal fou à terminer ses actions. Brouillon, il en fait souvent trop. Il veut trop bien faire. C’est très handicapant au très haut niveau. Mais cela se corrige. Clairement, le Brésilien est celui qui a le plus de chances de s’imposer à Paris dans les mois à venir. Laurent Blanc croit en lui.

Articles liés