Accès direct au contenu

Foot - OM

OM : Rémy Cabella s’enflamme pour la «machine» Abou Diaby !

Abou Diaby n’a toujours pas disputé la moindre minute de jeu à l’Olympique de Marseille à cause de ses blessures. Rémy Cabella a tout de même salué l’effort du joueur.

Lors du dernier mercato estival, l’Olympique de Marseille faisait le pari de recruter Abou Diaby, qui a vu sa carrière contrariée par de nombreuses blessures. Depuis son arrivée, le milieu de terrain n’a toujours pas joué sous les couleurs de l’OM. Son coéquipier, Rémy Cabella, a salué le courage de l’ancien joueur d’Arsenal.

« C'est une machine, il travaille dur »

De passage en conférence de presse avant de se déplacer à Montpellier, Rémy Cabella a été interrogé sur la situation d’Abou Diaby. L’ancien du MHSC est très heureux pour le milieu de terrain : « Je suis content de le voir travailler avec nous. C'est une machine, il travaille dur. Il a envie de jouer, ça le démange. Quand il s'entraîne, il y va à fond. Je n'ai pas ressenti d'appréhension de sa part », a-t-il déclaré aux journalistes présents en salle de presse. L’ancien milieu d’Arsenal n’a pas disputé le moindre match depuis plus d'un an.

« Aujourd’hui tout le monde est impatient, mais le premier qui souffre c’est lui »

Interrogé il y a quelques jours par le site de l’Olympique de Marseille, Lassana Diarra s’était également exprimé sur la situation d’Abou Diaby : « Je le connais bien. C’est quelqu’un qui a envie de revenir. Après, il y a de l’impatience à son égard. Ça fait déjà un petit moment qu’il est là, mais croyez moi il n’est pas en vacances ici. Ça ne doit pas être facile d’être dans sa tête. C’est un grand compétiteur, on ne fait pas 9 ans à Arsenal par hasard. De nous voir, de ne pas pouvoir donner un coup de main à l’Olympique de Marseille, de ne pas pouvoir se faire plaisir, de ne pas pouvoir pratiquer son métier, c’est très pesant. Aujourd’hui tout le monde est impatient, mais le premier qui souffre c’est lui, sa famille. Ce n’est pas facile au quotidien d’être à sa place et d’enchaîner les blessures, d’être proche du retour, de ressentir des douleurs », a-t-il déclaré.

Articles liés