Foot - ASSE
ASSE - Polémique : Ce terrible témoignage sur les incidents !

Ce dimanche soir, le stade Geoffroy-Guichard a été le théâtre d'une terrible scène. Après la défaite de l'ASSE face à l'AJ Auxerre, synonyme de relégation en Ligue 2 pour les Verts, une pluie de supporters a envahi la pelouse pour exprimer violemment sa colère. Interrogé sur ces incidents, l'entraineur bourguignon, Jean-Marc Furlan, a fait part de sa terreur lors des événements. 

Ce dimanche soir, l'ASSE a vécu une terrible soirée. Après avoir perdu aux tirs-aux-buts face à l'AJ Auxerre lors du match retour des barrages de la Ligue 1, les Verts ont vu un pluie de supporters envahir la pelouse du stade Geoffroy-Guichard pour manifester sa colère. En effet, le public de l'enceinte des Verts a fait preuve d'une extrême violence, lançant notamment des fumigènes en direction des joueurs et membres des staffs. A la suite de ces incidents, l'ASSE a tenu à taper du poing sur la table via un communiqué publié sur son site officiel. « En dépit d’un dispositif exceptionnel et renforcé, de près de 500 agents, de nombreux supporters ont envahi la pelouse au coup de sifflet final de la rencontre contre l’AJ Auxerre. Certains se sont rendus ensuite coupables de plusieurs dégradations et d’actes de violence en direction des acteurs du jeu, des agents de sécurité, des forces de l'ordre et du public de la tribune Pierre-Faurand. L’ASSE condamne fermement ces agissements, apporte tout son soutien aux personnes touchées et entamera les procédures judiciaires qui s'imposent », peut-on lire. 

«J'ai flippé, j'ai pleuré, les joueurs aussi»       

En plus de l'ASSE, l'AJ Auxerre a également réagi aux incidents survenus au stade Geoffroy-Guichard, par l'intermédiaire de son entraineur. Dans des propos rapportés par L'Equipe, Jean-Marc Furlan s'est livré sur la violence des supporters et a reconnu qu'il était terrifié pendant l'envahissement du terrain. « J'ai flippé, car je ne sais pas combien j'en ai pris sur la gueule. J'ai pleuré. Les joueurs aussi. On est tous rentrés rapidement et on a eu peur qu'il en manque. On les a tous comptés. Quelque part, j'ai envie de vous dire que ça n'existe que chez nous, car il y a des pays, notamment en Angleterre où ça a été dramatique, qui ont complètement éteint tout ça. Chez nous, il y a eu beaucoup de violences dans nos stades ces derniers mois, sans qu'on n'ait pu les réfréner. C'est un peu triste et je ne sais pas comment éradiquer la violence répétitive du public en France », a regretté Jean-Marc Furlan, le technicien de l'AJ Auxerre.     

Articles liés