Accès direct au contenu

Loin des ambitions

Montpellier : Belhanda, symbole dune promesse non-tenue

Younes Belhanda

Battu mardi soir sur la pelouse de l’Olympiakos (3-1), Montpellier peut déjà dire adieu à la qualification pour le deuxième tour de la Ligue des Champions. Une performance bien loin des ambitions nourries par le champion de France et son métronome habituel, Younes Belhanda.

Scénario cauchemardesque

Piqués au vif dès la 4e minute de jeu sur l’ouverture du score de Paulo Machado, les Montpelliérains ont vainement tenté de mettre leurs forces dans la bataille du Pirée. Volontaires et généreux dans l’effort, mais voila, les lacunes persistent et le champion de France en titre rencontre toutes les peines du monde à se créer des occasions franches. Coup de chance, l’arbitre a plutôt semblé de leur côté en accordant un penalty à Souleymane Camara, transformé par Belhanda (64e). L’espoir a finalement été de courte durée et Montpellier a également rappelé que sa défense n’avait plus rien à voir avec a forteresse de la saison passée puisque les Grecs ont fini par l’emporter (3-1).

Où est le champion ?

Interrogé ce mardi matin dans les colonnes de L’Equipe, Younes Belhanda avait pourtant affirmé que Montpellier mettrait toutes ses forces dans la batailles au Pirée : « Bien sûr, on croit à la qualification, sinon on arrête de jouer et c’est fini, a-t-il indiqué. Gagner les trois matchs, c’est notre objectif. On n’est pas le Real Madrid ou le Barça, où on peut se relâcher. Tout le monde a le bon état d’esprit pour relever la tête, on a été champion comme ça l’an dernier, on a le mental. », affirmait le meneur de jeu marocain. Certes, Montpellier a tenté maladroitement d’apporter du rythme dans le second acte. Mais les largesses défensives du club de Louis Nicollin n’avaient strictement rien d’un champion de France en titre, et les cadres étaient (une fois de plus) aux abonnés absents.

Sans repère

Et à ce petit jeu, Belhanda est l’un des grands perdants. Auteur d’un début de saison méconnaissable par rapport à ce qu’il avait proposé la saison passée, le métronome montpelliérain a une nouvelle fois déçu dans ses choix et son manque de justesse ce mardi. A l’image du LOSC la saison passée, Montpellier ne digère toujours pas cette gueule de bois « post-titre ». Et ni Belhanda, ni Yanga-Mbiwa n’ont été en mesure de changer la donne. Les deux pépites de La Paillade vont désormais tenter de sauver les meubles, mais quoiqu’il en soit leurs promesses de champions n’ont pas été tenues.