Accès direct au contenu

Foot - Ligue 1

Mercato : Une bonne nouvelle pour le PSG dans le cadre du fair-play financier ?

Nasser Al-Khelaïfi, PSG

Sanctionné par l’UEFA dans le cadre du fair-play financier, le PSG a néanmoins appris une bonne nouvelle aujourd’hui à propos de l’une de ses sanctions…

Comme il s’y attendait depuis maintenant plusieurs semaines, le Paris-Saint-Germain a bel et bien été sanctionné la semaine dernière par l’UEFA dans le cadre de la mise en place du fair-play financier. Forcé de n’inscrire que 21 joueurs en Ligue des Champions au lieu de 25 et de ne pas augmenter sa masse salariale, le club parisien a néanmoins affiché sa confiance dans la continuité de son projet, par la voix de son président Nasser Al-Khelaïfi.

LA RESTRICTION À 21 JOUEURS, UN MAL POUR UN BIEN FINALEMENT ?

Or, comme le quotidien L’Équipe l’indique dans son édition du jour, la première de ses sanctions pourrait bien n’être plus aussi contraignante que cela. Plutôt gêné dans un premier temps par la limitation à 21 joueurs dans la liste d’inscrits pour la Ligue des Champions, Laurent Blanc peut ainsi se rassurer en découvrant que le PSG ne sera pas obligé d’aligner 4 joueurs formés au club. En effet, toujours selon L'Équipe, ce quota s’appliquerait uniquement aux clubs autorisés à inscrire 25 joueurs au total. Dans le cas du PSG, et comme le stipule l’annexe III à l'article 18 du règlement de l'UEFA sur la Ligue des Champions, 4 joueurs formés en France seraient donc suffisants pour respecter la règle. Ce qui ne poserait aucun souci avec Blaise Matuidi, Nicolas Douchez, Lucas Digne, Yohan Cabaye voire Adrien Rabiot si ce dernier venait à rester.

AL-KHELAÏFI : « ON ACHÈTERA QUI ON VEUT »

« On achètera les joueurs que l'on veut. On a déjà une grande équipe. Il n'y a pas de besoins énormes. Je vais rencontrer Laurent Blanc en début de semaine pour en discuter, même si on l'a déjà fait. Avec lui, on a établi quelques profils de stars qui nous intéressent. Personne ne nous arrêtera, je vous le redis. On achètera qui on veut. Comment ? C'est notre affaire », a confié Nasser Al-Khelaïfi au Parisien récemment.

Articles liés