Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : L’entraîneur des gardiens de Chelsea monte au créneau pour Kevin Trapp !

Alors que Kevin Trapp s’est déjà montré coupable de deux bourdes depuis son arrivée au PSG, Christophe Lollichon a livré ses impressions sur le portier allemand.

Recruté par le PSG lors du dernier mercato estival, Kevin Trapp est pointé du doigt après avoir été l’auteur de deux erreurs contre Bordeaux et surtout le Real Madrid. Invité à donner son avis sur le sujet pour So Foot, Christophe Lollichon, l’entraîneur des gardiens de Chelsea, n’a pas manqué de prendre la défense du portier allemand. « Le but du Real Madrid ? Je me garderais bien d'émettre un jugement sur l'action, car l'interprétation qu'on a devant notre télé est tout à fait différente de celle du gardien pendant le fait de jeu. Devant ma télé, je ne vois pas ce qui a pu le gêner. Notre vue face à l'écran est transversale. Mais le gardien, lui, a une vision bien plus restreinte sur le terrain ».

« L'esprit de groupe est très important »

« En tout cas, pour qu'il s'aventure comme ça en laissant un tel angle, il y a forcément eu quelque chose. C'est très difficile d'être capable de réunir un maximum d'informations visuelles sans trop bouger la tête. C'est pour ça qu'on travaille là-dessus avec un expert à Chelsea, avec des exercices de gymnastique des yeux et d'acuité visuelle. On bosse aussi en prenant en compte les couleurs. Begović le fait, comme Petr Cech quand il était encore là. Si le groupe des gardiens vit en bonne harmonie, ça facilitera grandement sa récupération. L'esprit de groupe est très important », a assuré par ailleurs Christophe Lollichon

« Il n'y pas que les Allemands qui jouent haut, c'est une légende »

« Qu'ils se nomment Buffon, Casillas, Cech ou Courtois, tous les gardiens font des erreurs. En revanche, ils sont super forts mentalement et ils parviennent à dépasser le contrecoup. Ils savent que ça fait partie du job. Il faut être solide et assumer. On ne peut pas le juger sur deux matchs. Il va apprendre à gérer la pression. Mais il doit apprendre vite. D'abord, il n'y pas que les Allemands qui jouent haut, c'est une légende. Et la vérité, c'est qu'on prend beaucoup moins de risques en jouant haut qu'en restant sur sa ligne. Car on ferme l'espace, on gère la profondeur et on limite donc les possibilités de l'équipe adverse. La différence se trouve au niveau médiatique. Une boulette d'un gardien qui sort de son but fera davantage le buzz. Les gens, qui ne comprennent pas grand-chose au poste de gardien, vont directement assassiner le portier en lui reprochant de ne pas être resté sur sa ligne. Ce qui est une absurdité », a-t-il ajouté.

Articles liés