Accès direct au contenu

Foot - OM

OM/OL - Polémique : José Anigo vole au secours de Mathieu Valbuena et tacle les supporters de l’OM !

Alors qu’il a vécu un cauchemar au Vélodrome dimanche dernier, Mathieu Valbuena a reçu le soutien précieux de José Anigo.

« Est-ce que mon fils a été choqué ? Non, c'est surtout nous, lui est assez armé, c'est pour nous qu'il est un peu plus peiné. Lui il ne voit pas tout ça sinon il n'aurait pas fait le match qu'il a fait hier. Je trouve qu'il a fait son match, le principal c'est ça. La vérité c'est le terrain. » Après avoir reçu le soutien de son père suite au traitement que lui a réservé le stade Vélodrome pour son retour, Mathieu Valbuena appréciera probablement la lettre que lui a écrite son ancien entraîneur, José Anigo.

« J’ÉTAIS ABASOURDI PAR TANT DE CONNERIES »

« Salut Mathieu. J’ai évidemment regardé le Marseille-Lyon et assez vite le résultat de ce match est devenu pour moi secondaire tellement j’ai été stupéfait par cette haine débile dont ont fait preuve certains spectateurs marseillais à ton égard. Parce que tu joues désormais simplement sous un autre maillot, toi qui as si souvent fait du bien à cette équipe de l’OM mérites-tu un tel traitement? Bien sûr que non! Devant ma télé, j’étais abasourdi par tant de conneries! Ces énergumènes m’ont fait honte », a confié José Anigo sur France Football.

« TU VAS VITE T’EN REMETTRE »

« Je sais que tous ces incidents ont dû te toucher. Sans doute plus que tu ne l’avoueras publiquement. Je sais aussi que tu vas vite t’en remettre. Car tu as été habitué à plein de vents contraires au cours de ta carrière. Et que tu sais qu’à Marseille le mistral souffle très fort parfois… Plutôt que ce mannequin suspendu à cette infâme potence, retiens de cette enceinte marseillaise la passion qu’elle sait aussi diffuser de manière sincère et généreuse. Moi, je n’oublierai jamais tout ce que tu as fait pour ce club. Et je ne suis certainement pas le seul Marseillais à te souhaiter sincèrement bonne chance pour la suite, même loin de la Canebière… Amicalement, José », a-t-il conclu.

Articles liés