Accès direct au contenu

Blanc gagne la bataille

Lyon frileux comme puel

le10sport

La composition d'équipe de l'entraîneur lyonnais avait donné le ton. Lyon n'avait pas l'instinct très joueur ce dimanche. Et comme la défense, qui avait pourtant donné quelques gages de solidité, a aussi craqué. Puel risque d'être encore décrié.


De voir Laurent Blanc aligner un 4-5-1 configuration Ligue des Champions, avec Wendel et Plasil pour occuper les côtés n'était pas vraiment une énorme surprise pour cette affiche à Gerland. A vrai dire, on comprenait le Président, qui s'attendait probablement à voir Claude Puel aligner au minimum un trident offensif Bastos-Gomis-Lisandro. La surprise était donc plus surprenante du côté des Gones en voyant Claude Puel choisir comme? ailier gauche, Kim Källström. Pas vraiment ce que l'on peut appeler un ailier de débordement.

Alors, la volonté de Claude Puel, en alignant un couloir travailleur, était-elle d'empêcher notamment Mathieu Chalmé de participer à la tâche offensive girondine, les latéraux apportant souvent un surnombre décisif ? Sans doute, mais on a connu plus ambitieux pour une rencontre à domicile. Et cela n'a pas empêché les Girondins, qui peuvent compter sur bien d'autres ressources que son couloir droit, de l'emporter grâce à Chamakh.

Alors, Gomis ou encore Delgado apprécieront le peu de confiance que l'entraîneur aux méthodes stakhanovistes leur accorde, et les choix tactiques de l'entraîneur le mieux payé de Ligue 1 ne vont pas finir d'être remis en cause. Quand Laurent Blanc n'hésite pas à être ambitieux dans le jeu à domicile, y compris quand l'adversaire se corse, Puel se recroqueville dans sa coquille. Sauf que maintenant, il risque de s'y sentir bien seul.