Accès direct au contenu

Foot - ASSE

ASSE : Quand Christophe Galtier pique une colère

Christophe Galtier, ASSE

Malgré la victoire acquise hier face à Évian-Thonon-Gaillard, l’entraîneur des Verts Christophe Galtier s’est emporté après le match contre l’état de la pelouse de Geoffroy-Guichard.

Reportée pour cause d’intempéries, la rencontre de Ligue 1 opposant l’ASSE à Évian-Thonon-Gaillard a bien eu lieu hier soir à Geoffroy-Guichard. Si la victoire (1-0) des Stéphanois a permis à l’ASSE de grimper en 4e position au classement, l’entraîneur des Verts Christophe Galtier n’arborait pas un énorme sourire en conférence de presse. La raison ? L’état de délabrement avancé de la pelouse du stade, qui accroît considérablement le risque de blessure et empêche le spectacle sur le terrain.

« SI ON VEUT DU SPECTACLE, IL FAUT SAVOIR CE QU’ON VEUT… »

« Si l'on veut, les médias, les diffuseurs et les supporteurs, voir les équipes (bien) jouer, faire du jeu, repartir de derrière... Il faut savoir ce que l'on veut, même si je sais que ce n'est pas facile. Il y a un minimum. Je m'aperçois que les deux équipes ont eu des temps forts sur une partie du terrain sur laquelle il était très difficile de défendre et de ressortir le ballon. C'est un peu dommage quand on voit l'envie des équipes de jouer. C'est même dangereux. Nous allons faire l'état des lieux et je m'inquiète de l'état physique de certains joueurs pour samedi, voire la semaine prochaine », a confié le technicien après la rencontre.

« SAINT-ÉTIENNE EXISTE PARCE QU’IL Y A LES VERTS »

« C'est un terrain dangereux. Nantes (le 22 décembre) a déploré deux blessés liés à l'état du terrain. Je demande simplement d'avoir un vrai terrain de football. Toutes les raisons sont valables, le manque de lumière ou que la pelouse est à l'ombre. Je crois que la dernière fois que la pelouse a été refaite, c'était en 1998. Il est sûr que l'on va s'embêter à jouer. Si nous nous embêtons, les gens qui viendront au stade ou ceux qui regardent les matches à la TV vont s'embêter. Le football est perdant. (…) Saint-Étienne est une ville de football. Saint-Étienne existe aussi parce qu'il y a les Verts et je n'accepte pas que le club puisse avoir ce genre de terrain », a-t-il conclu.

Articles liés