Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : « Nous ne sommes pas le PSG, nous n’avons pas besoin du Qatar »

Jean-Claude Gaudin, OM

Alors qu’il brigue un quatrième mandat à la mairie de Marseille, Jean-Claude Gaudin a évoqué la situation actuelle de l’OM pour France Football.

À l’heure où la concurrence s’accentue avec la candidature de Pape Diouf, Jean-Claude Gaudin a livré sa vision de la situation actuelle de l’OM mais le maire de Marseille a également donné son avis sur une éventuelle vente du club de la part de Margarita Louis-Dreyfus.

« L’OM S’EST TOUJOURS RELEVÉ »

« L'OM a traversé des crises, mais s'est toujours relevé. Et quand tout va bien au club, personne ne fustige les traitements pharaoniques des joueurs, dignes de patrons du CAC 40. Les supporters de l'OM voudraient un engagement financier de Margarita Louis-Dreyfus encore plus important pour acheter des joueurs du même calibre que ceux évoluant au Paris-SG ou à Monaco, et qui valent des fortunes. Visiblement, Margarita considère qu'elle participe déjà beaucoup, donc elle ne va pas dans ce sens. »

« J’ESPÈRE QUE MARGARITA FERA LES EFFORTS NÉCESSAIRES »

Concernant l’avenir du club phocéen, Jean-Claude Gaudin garde toute sa confiance en MLD : « Mes rapports avec Margarita Louis-Dreyfus. Ce sont des rapports agréables, mais il est vrai qu'elle vient moins au stade. Patrick Mennucci (le candidat PS, ndlr) dit avoir de nouveaux investisseurs sous le coude ? Qui sont ces investisseurs ? Les émirs du Golfe ? Il ne nous manquerait plus que ça ! Nous ne sommes pas le PSG, nous avons une autre tradition ici. Nous avons la famille Louis-Dreyfus, nous n'avons pas besoin de solliciter un partenariat avec le Qatar. J'espère et souhaite que Margarita fera les efforts nécessaires le temps qu'elle pourra. Nous avons eu des mauvaises expériences comme ce type, là, Kachkar. Je n'avais pas voulu le recevoir à l'hôtel de ville, je me suis toujours méfié, je ne le sentais pas, le mec. Et je n'ai jamais pu discuter avec lui, car lui parle anglais, et je ne parle anglais qu'avec Charles Pasqua. »

Articles liés