Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Cet ancien du PSG qui aurait pu rejoindre l’OM… à deux reprises !

Ces dernières années, Jérôme Rothen s’est imposé comme l’un des joueurs marquants de la Ligue 1. Passé par le PSG, il aurait également pu porter le maillot de l’OM lors de sa carrière.

Après s’être révélé sous les couleurs de l’AS Monaco, Jérôme Rothen a ensuite rejoint le Paris Saint-Germain en 2004. Durant 5 saisons, l’ancien international français a fait vibrer le Parc des Princes avec notamment sa qualité de passes sur coup franc. Un talent qu’aurait pu perdre le club de la capitale au profit de son rival : l’OM. Comme Fiorèse, Déhu ou Cana, Jérôme Rothen aurait lui aussi pu rejoindre la Canebière. Mais, cela ne s’est finalement pas fait malgré les tentatives du club phocéen.

« Je ne me voyais pas aller là-bas »

Dans des propos accordés à Espacefoot, Jérôme Rothen est revenu sur les approches de l’OM. La première fois quand il était à l’AS Monaco : « Le maillot que je ne porterai jamais ? Celui de Marseille. Ça a pourtant failli se faire à deux reprises. La première fois, c'était en 2002. Au mercato d'hiver, Monaco avait de graves problèmes financiers et l'OM avait tenté une approche. Même si j'avais beaucoup de respect pour Alain Perrin, que j'avais connu à Troyes et qui faisait une superbe première saison, je ne me voyais pas aller là-bas. À la limite, si les problèmes de l'ASM se confirmaient, j'aurais choisi de signer à Lyon, puisqu'Aulas nous avait sondés, moi et Shabani Nonda. C'est facile de dire ça aujourd'hui, avec les considérations financières à l'époque j'aurais pu signer à Marseille attention. Mais je n'étais pas mécontent que ça ne se soit pas fait. Après, une fois que j'avais su ce que c'était que de mettre le maillot de Paris, c'était tout simplement hors de question ».

« Marseille proposait 3, 4 fois plus »

L’OM qui a tenté sa chance une deuxième fois, quand Rothen était alors au PSG : « Pourtant, les dirigeants marseillais m'ont approché une deuxième fois en 2006. À l’époque, il y en avait beaucoup qui faisaient ce trajet Paris - Marseille. Quelques semaines avant, j'étais l'ennemi numéro 1 pour la finale de la Coupe de France et là ils voulaient me faire signer... Le grand monde du football, il n'y a rien d'étonnant. Mais moi, j'ai toujours respecté mon amour de Paris. On peut jouer dans les deux clubs, mais il faut avoir un discours cohérent. Ceux qui embrassent les écussons des deux clubs, ceux qui parlent de club de coeur avant de signer en face... À la limite, je respecte Heinze parce qu'il a été clair. Il est allé à Marseille mais il s'est d'abord proposé à Paris. Ce n'était peut-être pas la priorité à l'époque, les moyens du club n'étaient pas les mêmes que ceux d'aujourd'hui, Marseille proposait 3, 4 fois plus ».

Articles liés