Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG/OM : Lucas, Ibrahimovic, Cavani… Riolo distribue les bons et les mauvais points !

Au lendemain de la victoire du PSG sur l’OM au Parc des Princes (2-0), Daniel Riolo s’est longuement exprimé sur les antennes de RMC Sport à propos de la prestation des joueurs parisiens.

Si le PSG est sorti vainqueur de la confrontation qui l’opposait à l’Olympique de Marseille, les Olympiens n’ont pas à rougir de leur prestation. Ils sont tombés sur un Lucas des grands soirs, et qui avait des jambes de feu. Daniel Riolo a refait le match en distribuant les bons et les mauvais points aux joueurs du Paris Saint-Germain.

« PAS DE ZLATAN, LE BLUFF JUSQU’AU BOUT »

« Pas de Zlatan. Le bluff jusqu’au bout. Étonnant message envoyé. Celui que veut envoyer l’OM dès le début, c’est qu’il est venu pour jouer comme d’habitude. Ne pas attendre, aller presser. (…) En partant de plus bas, le PSG est plus à l’aise. (…) À 1-0, la situation est bonne pour le PSG. L’OM va devoir se livrer. Encore plus. Sur la fin de la première période, l’écart devient plus grand en faveur du PSG. Et ceci dit, sans manquer de noter que l’OM s’est créé plusieurs belles occasions dans cette première période d’un bon niveau. En deuxième période, dans le jeu, Paris va néanmoins beaucoup mieux. La maîtrise s’installe peu à peu. Et à chaque fois que l’OM sort, chaque ballon récupéré devient une opportunité en contre. »

« LUCAS MET LE FEU, IBRAHIMOVIC PARFOIS RIDICULE »

« Lucas met, en effet, le feu sur chaque action, a indiqué un Riolo dithyrambique au sujet du brésilien. Paris est désormais clairement au-dessus, mais en étant peu efficace devant, on se dit qu’une fin de match comme face à l’OL ou Monaco est possible. (…) L’intensité baisse. Le PSG attend un OM qui ne pousse plus. Bielsa ne se rend pas. (…) Le PSG fait tourner sans attaquer pour aller mettre le deuxième but. Attitude moyenne, presque nonchalante. (…) L’OM se livre de façon folle, laissant parfois seulement deux joueurs derrière. Mais puisque le PSG gère mal ces situations, l’OM peut encore y croire un peu. (…) À 5 minutes de la fin, Cavani boucle la partie. La suite, c’est Ibra qui veut marquer à tout prix. C’est amusant, mais aussi parfois ridicule, a souligné le consultant pour RMC avant de reprendre. La victoire du PSG est logique, car en dehors d’un bon premier quart d’heure, l’OM n’a pas proposé assez pour déstabiliser un PSG qui quand il est en ‘mood’ gros match est imprenable. »

Articles liés