Accès direct au contenu

Dans son nouveau royaume

PSG : Le nouveau surnom dIbrahimovic en Angleterre

Zlatan Ibrahimovic

Grand artisan de la victoire de la Suède face à l’Angleterre (4-2), Zlatan Ibrahimovic a éclaboussé le monde du football par son génie. Auteur d’un quadruplé dont un but venu d’ailleurs, le milieu de terrain parisien possède désormais un nouveau surnom de l’autre côté de la Manche.

Son début de saison avec le PSG est hors norme. 12 buts en 14 matchs toutes compétitions confondues. 6 de ses 10 réalisations en Ligue 1 ont permis aux hommes de Carlo Ancelotti de l’emporter. A lui seul, Zlatan représente 56% des buts parisiens en championnat. Impressionnant. Sa performance avec la Suède, mercredi soir, l’est tout autant. Quatre buts de génie qui ont permis à sa sélection de l’emporter largement devant l’Angleterre (4-2). Son retourné acrobatique à plus de 25 mètres des cages de Joe Hart, salué comme « l’un des plus beaux buts jamais vu », restera à jamais graver dans les mémoires des Anglais.

« The Marmite Man »
Ces derniers ont d’ailleurs trouvé un nouveau surnom à Zlatan : « The Marmite Man. » Outre-Manche, la marmite est une pâte à tartiner à base de levure. En raison de son goût particulier, elle est adorée ou détestée par les Britanniques. Un peu comme Ibrahimovic d’ailleurs qui ne fait pas l’unanimité mais ne laisse personne indifférent. Adulé en Italie lors de ses passages à la Juventus Turin, à l’Inter Milan et au Milan AC où il a inscrit 148 buts, le natif de Malmö ne jouit pas de la même cote de popularité en Espagne. Les Catalans n’ont pas gardé un bon souvenir de son passage au Barça. Ses prises de becs avec Pep Guardiola et Lionel Messi l’ont poussé à s’exiler à Milan. Un départ qui a sonné comme une trahison pour les supporters blaugrana.

Des trophées partout où Zlatan est passé
A l’image d’un Cristiano Ronaldo, Zlatan Ibrahimovic a souvent été pointé du doigt. La presse anglaise estimait même que le Suédois ne réalisait pas des grosses performances contre des équipes de renom et surtout contre celles du Royaume. Force est de constater que mercredi soir, l’ancien joueur de la Juve a fait taire tous ses détracteurs en marchant sur l’eau face à l’Angleterre. Nommé footballeur suédois de l’année pour la septième fois en huit ans, Zlatan n’avait pas besoin de cette performance de haut vol pour prouver quel joueur il était. Remporter cinq titres de champions avec cinq équipes différentes (en Italie, Espagne et Pays-Bas) donne une indication sur l’importance d’un tel homme. Prochain objectif : glaner la Ligue des Champions et le Ballon d’Or. Pas évident mais avec Zlatan, tout est possible.

Par Thomas Figueiredo