Accès direct au contenu

Médias

Médias : «J'aimerais beaucoup passer deux nuits avec Meunier ou Ben Arfa»

Créateur et réalisateur de « Deux nuits avec », le YouTubeur Florian Gautier part à la rencontre des sportifs pour offrir un regard différent sur leur vie, leur personnalité et leurs petits secrets du quotidien. Interview avec le nouvel Antoine de Maximy du sport.

Comment est né « Deux nuits avec » ? Qu'est-ce qui t'as inspiré le concept, l'idée ?
Je ne pourrais vraiment pas donner une date précise mais je pense que je mûris un concept de ce type depuis des années et mon envie d'être journaliste sportif. J'ai toujours aimé proposer des histoires différentes sur le sport plutôt que de traiter le sport au jour le jour. Ça a commencé via mon site www.lathlete.fr où je traitais le sport selon des angles géopolitiques, historiques etc… Jusqu'à mon reportage paru dans Le Monde Diplomatiquesur le sport au Kosovo. J'ai toujours aimé les histoires sur les sportifs et leur environnement. A ceci s'ajoutent mes deux inspirations : Intérieur Sportet J'irai dormir chez vous. Ce sont deux émissions que j'aime beaucoup tant au niveau du contenu que de la réalisation. 
 
Raconte-nous le premier « Deux nuits avec » ? Simple à faire, une vraie galère ?
J'ai réalisé le premier « Deux nuits avec » avec Kentin Mahé, handballeur qui évoluait alors à Flensburg en Allemagne. Avec le recul, j'aurais fait un épisode plus long mais pour un premier épisode, c'était vraiment super. J'ai eu la chance de tomber sur Kentin. Il est venu me chercher en voiture à l'aéroport d'Hambourg, il m'a mis super à l'aise, sa copine m'a également super bien accueilli. C'était des conditions parfaites pour débuter. Et même si je me mettais une grosse pression, je pense l'avoir bien réalisé ! 
 
Généralement, on dort une nuit chez les gens qu'on ne connaît pas. Pourquoi deux ?
Pourquoi deux nuits et pas une ? Très bonne question ! Je me suis dit qu'une nuit, c'était vraiment trop court. Souvent, les sportifs se lâchent vraiment au bout de la deuxième voire troisième journée. Rester 2 jours et demi, 3 jours, ça permet vraiment d'installer un climat de confiance et de prendre le temps. Il faut toujours une période d'adaptation, on se jauge, on apprend à se connaitre : les premières heures sont cruciales ! Après, je n’allais pas rester non plus 1 semaine. C’est donc le bon compromis, je pense.

« C’est toujours la surprise quand je débarque chez le sportif »

Est-ce que tous les tournages se passent de la même façon ou cela dépend beaucoup de la personnalité du sportif ?
Les tournages sont tous différents ! Les caractères sont différents, les personnalités sont différentes... Certains jouent le jeu à fond, d'autres un peu moins. C'est toujours la surprise quand je débarque chez le sportif et je le sens assez rapidement. Ceux qui sont à l'étranger, très loin, jouent le jeu à fond notamment parce qu'ils sont contents de revoir un Français (Mathias Coureur, Kevin Tillie). 
 
Tu prépares à fond chacun de tes sujets ou tu te laisses porter par la rencontre ?
Je prépare toujours mes épisodes, j'essaye de définir les séquences à faire et de programmer les séquences en fonction des interviews et des thèmes que je veux aborder. Après, très souvent, ça se fait au feeling et sur le moment. Je change souvent le programme, je laisse le sportif prendre des initiatives, j'aborde même certains thèmes auxquels je n'avais pas pensé en amont. 
 
Ton meilleur souvenir depuis que tu as commencé ? Le moment où tu t'es dit : « Là, je vis un truc de fou... »
J'ai énormément de très bons souvenirs mais je ne me suis jamais dit « je suis en train de vivre un truc de fou » parce que je me suis préparé à la vie des sportifs et, quand on les connait bien, ce sont des gars comme vous et moi qui ont réussi. Le premier épisode m'avait mis dans l'ambiance, l'accueil de Kentin Mahé avait été incroyable ! Si, la première fois où j'étais un peu comme un fou, c'était chez Arthur Masuaku. Ma chambre était une suite avec salle de bain et l'appartement donnait sur la Tamise. Là, j'avais les yeux grands ouverts ! Et là fois où je suis allé sur la muraille de Chine, sur les conseils de Kevin Tillie, à un endroit majestueux où il n'y avait personne. J'étais seul au monde ! 

« J’ai toujours mille idées en tête »

Ta plus belle anecdote de tournage ? L'inavouable par excellence...
J'ai beaucoup d'anecdotes mais je ne peux pas les révéler sinon plus aucun sportif ne m'accueillera ! Il y a la fois où j'ai conduit la voiture d'un sportif à une allure bien au-dessus de la réglementation ou la fois où l'on se fait recaler d'une célèbre boîte de nuit... 
 
Tes vidéos sont de plus en plus vues, tu commences à te faire un nom. Au point d'être démarché par des sportifs, des agents, des clubs ?
Le concept commence à bien se faire connaître pour mon plus grand plaisir. Certains sportifs, souvent moins connus, me demandent en effet si ça m'intéresse de tourner un épisode avec eux. Des médias se sont intéressés de près à mon contenu et des agences de communication commencent doucement à me contacter. C'est assez calme pour le moment mais je commence à être de plus en plus sollicité ! 
 
Si tu avais la possibilité de passer deux nuits avec le sportif de ton choix, ça serait qui ?
J'aimerais beaucoup passer deux nuits avec Thomas Meunier ou Hatem Ben Arfa. Je pense qu'ils ont énormément de choses à raconter. J'aimerais également continuer à suivre des sportifs qui évoluent dans des endroits très atypiques !
 
Tu réfléchis à faire évoluer ton concept, tu as des nouveaux projets ? Faire rencontrer deux sportifs qui passent deux nuits ensemble, ça serait drôle...
J'ai toujours mille idées en tête mais je préfère faire grandir mon projet. Je travaille exclusivement dessus pour continuer à l'améliorer et à toucher toujours plus de monde. Quelques variantes pourront être possibles mais pour le moment, il reste l'objectif principal !

Articles liés