Accès direct au contenu

Vips

Médias : La fin du sport gratuit ?

Médias

La Ligue des champions et la F1 cette saison, Roland-Garros à l’avenir, le sport gratuit tend à disparaître de nos écrans. Jusqu’à quand les chaînes gratuites pourront-elles résister ?

« On assiste à la disparition du sport en gratuit ». La sortie est signée Nicolas de Tavernost, président du groupe M6, pourtant prêt il y a encore deux ans à miser sur le football. Mais depuis 2012, l’ogre beIN SPORT a vampirisé une grande partie des droits, Canal Plus a réagi, et les deux chaînes à péage ont peu ou prou vampirisé les droits sportifs du PAF. Pourtant, pour Virgile Caillet, directeur de l’agence KantarSport, cabinet d’étude spécialisé dans le sport, il s’agit simplement là d’une régulation du Marché : « Aujourd’hui, les chaînes gratuites ne misent que sur les évènements très grand public comme les Jeux Olympiques. Les compétitions à feuilletons, elles, vont vers les chaînes payantes thématiques, destinées aux aficionados. C’est simplement la logique des choses ».

Bilalian : « Il peut y avoir des victimes collatérales de la bataille Canal/beIN »
Une logique qui ne plaît pas à tout le monde. Notamment Daniel Bilalian, directeur des sports à France Télévisions, qui craint pour la prochaine négociation des droits de Roland-Garros : « Il peut y avoir des victimes collatérales de la bataille Canal Plus / beIN SPORT, comme TF1 cette saison avec la perte de la Ligue des champions et de la F1. Sur Roland Garros, nous pourrions être cette victime, cela fait partie des scénarii possibles… Même si nous le souhaitons pas ». Car France Télévisions apparaît comme l’un des derniers bastions de la diffusion gratuite du sport dans l’Hexagone. Un avantage provisoire dont Bilalian compte profiter: « Le fait que TF1 disparaisse progressivement du sport fait que nous devenons la dernière lucarne de sport gratuit. Et ça peut être un plus pour nous ». Un plus surtout vis-à-vis des sponsors des grandes compétitions qui, eux, n’ont qu’un seul intérêt : une visibilité maximale. Et qui de manière indirecte peuvent exercer une forme de pression sur les Fédérations détentrices des droits.

Lire l’intégralité de l’article « La fin du sport gratuit ' » dans Le 10 Sport de cette semaine, actuellement en kiosques.

Sacha Nokovitch