Accès direct au contenu

Un peu de physique…

Laurent Blanc Jen peux plus

En « vacances » à La Plagne en compagnie de nombreux sportifs (Estanguet, Mauresmo, Leveaux, Diagana, etc...), le sélectionneur de l'équipe de France participait ce mardi à un raid aventure...

Laurent Blanc a répondu à l'appel des « étoiles du sport » qui se réunissent comme chaque année à La Plagne pour une semaine de détente et de partage entre champions d'aujourd'hui et de demain. Le sélectionneur des Bleus est un habitué des lieux puisqu'il avait parrainé Mathieu Debuchy en 2004. Cette fois, Laurent Blanc pensait venir se la couler douce au Club Med. Raté ! Les années précédentes, seuls les 20 parrains et leur espoir participaient aux épreuves tout au long de la semaine pour désigner le Lauréat de l'année. Sauf qu'une nouveauté a été ajoutée au programme de cette édition 2010, la 9e du nom. Ce mardi, un raid aventure était organisé.

Boghossian amuse la galerie
Laurent Blanc était donc invité à y participer. Le « Président » était intégré à l'équipe des violets, les « VIPS », en compagnie d'Alain Boghossian, Guy Forget, Olivier Giroud, Jean-Philippe Gatien et Anne-Caroline Chausson. Le départ était donné à 8h par moins 16 degrés. Ce qui n'empêchait pas Bogho d'amuser la galerie. Au programme, un parcours d'une trentaine de kilomètres avec de la course à pied, de la luge, des raquettes, du biathlon, de la tyrolienne, du ski, du tir à l'arc, de la conduite sur glace et du bobsleigh. Un sacré programme.

Blanc : « ça me rappelle Tignes »
Après plus de 4h d'effort, Laurent Blanc et ses acolytes franchissaient enfin la ligne d'arrivée. « J'en peux plus » lâchait Blanc en soufflant, le visage marqué par l'effort. « J'ai les pieds glacés. » Un thé commandé au bar et le sélectionneur de l'équipe de France s'affalait dans un canapé. Seul Bogho avait encore le sourire et proposait de refaire le parcours à l'envers. Malgré la fatigue, Laurent Blanc assurait « avoir pris du plaisir. Les conditions étaient difficiles et pas très habituelles, mais nous avions décidé de ne rien lâcher. On avait commencé à six, on voulait absolument finir à six. A tour de rôle on se motivait. C'était difficile, mais on a été pas mal pour une équipe d'un certain âge ou d'un âge certain », glissait le président dans un sourire. « Ca me rappelle Tignes ». Ce raid lui a peut-être aussi donné quelques idées pour la préparation de l'équipe de France aux prochaines échéances. Mais pour le moment, Laurent Blanc ne rêvait que d'une chose : « Un bon bain chaud ! »