Accès direct au contenu

Vips

EXCLU Médias - Karim Bennani : « Le Foot est mon métier et la F1 ma passion »

Karim Bennani

Karim Bennani a fait ses grands débuts à l’animation de « Jour de Foot » le week-end dernier avant de se lancer dans le bain de la F1 avec « Formula One » ce dimanche. Transféré de beIN à Canal l’été dernier, il s’est confié au 10 Sport.

« Jour de Foot » est une émission emblématique du PAF, créée en 1984. A-t-elle accompagné votre enfance ?Dans les années 90, dès que j’ai été abonné à Canal, « Jour de Foot » accompagnait ma deuxième partie de soirée les soirs de matchs. J’écoutais le direct à la radio et ensuite je me branchais sur Canal pour voir si ce que je m’étais imaginé à l’oreille se confirmait à l’écran (sourire).

Aujourd’hui, le morcellement des journées et l’arrivée du CFC en clair le dimanche a fait perdre un peu de sa splendeur à l’émission. Quelle est la force de « Jour de Foot » aujourd’hui ?

C’est une émission qui a gardé une force importante. Le vendredi, on ne traite pas que du match du soir, on essaie aussi d’éditorialiser pour apporter un maximum d’éléments sur la journée de championnat. Quant au samedi, on s’appuie essentiellement sur les images et les réactions d’après-match.

De « Luis Attaque » à « Jour de Foot » en passant par le Multiplex sur beIN, on vous sent très attaché à la L1…

C’est un championnat qui m’a toujours plu depuis l’enfance. Pour moi, c’est aujourd’hui le meilleur championnat d’Europe. Cette saison, tous les clubs mythiques sont présents : Saint-Étienne, Marseille, Monaco, Nantes, Bordeaux, le PSG, etc. Et il ne faut pas oublier que l’un des meilleurs joueurs de l’Histoire est passé par la Ligue 1 : Zinedine Zidane.

Le commentaire, c’est un exercice auquel vous aimeriez vous essayer sur la chaîne ?Je l’ai fait par le passé, sur RMC comme à beIN SPORT. En tout cas, il n’en a pas été question lors des discussions que j’ai eues avec Cyril Linette (directeur des sports du groupe Canal+, NDLR). Ce n’est pas un objectif à court ou moyen terme. Mon domaine de prédilection, ça reste la présentation.

Un peu comme Hervé Mathoux. C’est un exemple pour vous, une référence ?C’est un modèle ! Plus de 25 ans de carrière à la télé en étant toujours aussi performant et en menant ses émissions à la perfection, ça force le respect. On s’est croisés très rapidement mais j’espère pouvoir lui parler prochainement pour qu’il me donne quelques conseils.

Quand Thomas Thouroude avait pris en main la présentation de « Formula One », il assumait être un novice dans le domaine. C’est la même chose pour vous ou vous avez déjà de bonnes bases ?Le foot est mon métier et la F1 ma passion ! J’ai toujours aimé les sports mécaniques. J’en ai fait il y a quelques années sur Eurosport où j’ai notamment traité et commenté la GP2. J’adore la F1 même si je ne suis pas un spécialiste. Ça reste une passion mais il faut que ça devienne mon métier. J’ai profité de mes trois mois d’inactivité pour bien bosser et essayer de me mettre au niveau de légendes comme Alain Prost ou Jean-Louis Moncet.

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans Le 10 Sport, actuellement en kiosques

Sacha Nokovitch