Accès direct au contenu

Vips

EXCLU - Léa Drucker : « Zidane, le Marlon Brando du foot »

À l’occasion de la sortie de « Je suis supporter du Standard » de Riton Liebman (en salles aujourd’hui), Léa Drucker dévoile sa vision du sport. Plus proche de celle de la boxe que de celle du football.

Léa, est-ce que comme ton personnage Martine, tu détestes le foot ?Elle, elle a une aversion pour le foot depuis qu’elle a été oubliée dans un stade par son père quand elle avait 7 ans. Depuis elle déteste le foot, les supporters et elle ne veut pas en entendre parler. Moi, pas du tout. Certes, je ne me suis jamais passionnée pour ce sport mais tout mon entourage, ma famille et mon copain notamment, adore le foot. Il fait partie de ma vie mais je ne m’y intéresse pas. Je suis inculte.

Le supportérisme peut parfois dégénérer… Comme dans le film, ça peut devenir dangereux…Quand j’étais plus jeune, il y a une quinzaine d’années, j’avais une copine qui écrivait un scénario sur le foot. Du coup, elle avait pris un abonnement au PSG et je l’accompagnais assez régulièrement au Parc des Princes pour voir des matchs. L’ambiance était assez tranquille… Puis un jour, elle a changé d’abonnement et on s’est retrouvées plus près du kop de Boulogne. L’ambiance était devenue nauséabonde avec de la violence, des chants racistes, etc. On était obligé de sortir les enfants de la tribune. C’est la dernière fois que je suis allée dans un stade.

Quel sportif t’a le plus marquée ?
Mike Tyson ! Son parcours m’émeut. Je suis touchée par le personnage. J’ai vu plusieurs documentaires sur lui. Sa relation avec son coach Cus D’Amato, qui l’a recueilli quand il avait 13 ans, était fabuleuse, c’était presque un film. J’ai été bouleversé par cette relation quasiment père - fils. Puis quand Cus D’Amato est mort, ça a été la descente aux enfers pour Tyson. Il y a des dimensions romanesques dans le sport, à travers des personnages comme ça. Puis Mohamed Ali, alors là… Lui c’était pour la dimension politique, charismatique du personnage. Il était beau, drôle, il avait tout !

Quel sportif a une vraie gueule d’acteur ?

Zinedine Zidane ! J’aime bien son côté taiseux. Il parle très peu, il reste très mystérieux… Mais quand il parle tu l’écoutes. C’est un peu le Marlon Brando du foot.

Sacha Nokovitch

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Léa Drucker, dans les colonnes du 10 Sport de la semaine dernière, en kiosques jusqu'à demain

Articles liés