Accès direct au contenu

Vips

El Atrassi : « Je dois 20 % de mon salaire à Ribéry »

mustapha el atrassi

Mustapha El Atrassi a décidé de mettre entre parenthèses sa carrière télé pour remonter sur scène. Un défi réussi pour l’humoriste, pas vraiment sportif, mais qui a relevé le pari de parler sport pour Le 10 ! Extrait.

Tu fréquentes le milieu du foot ?Pas vraiment. Mais la semaine dernière, j’ai croisé Zlatan et Beckham dans un restaurant parisien. C’était gênant. J’étais avec ma femme, il y avait Beckham à la table d’à côté. Elle sait que je suis jaloux. Elle m’a regardé dans les yeux et elle m’a dit : « Je suis désolé mais là il est vraiment trop beau ». Et j’ai accepté. Parce que même si elle te trompe avec le Spice Boy, tu vas gueuler une heure… mais après tu vas t’en vanter ! (sourire) En tout cas le vrai boss à la table ce soir-là, c’était Nasser Al-Khelaïfi, pas Zlatan. Tu sentais qu’il y avait beaucoup de respect…

Tu as été manager de Zahia également…(Rires) Oui, dans la parodie du documentaire sur Zahia (« Zahia de Q à I » d’Ornella Fleury). Mais je n’ai rien contre cette fille, même si je l’ai beaucoup vannée. Elle vend des robes, de la lingerie, elle essaye de faire un truc… Elle a une personnalité forte, c’est un personnage intéressant. En tout cas, on a évité les clichés dans ce film. Par exemple, on ne parle pas du tout de Ribéry…

Pourtant Ribéry est une de tes cibles fétiches…Ah oui ! Je lui dois 20% de mon salaire. Il me fait bien travailler. Lui, comme beaucoup de footballeurs d’ailleurs. (sourire)

Découvrez l'intégralité de cette interview dans Le 10 Sport

Sacha Nokovitch