Accès direct au contenu

Outil

Létonnant secret de la réussite de Roger Federer

Roger Federer

Si Roger Federer squatte toujours le trône mondial, près de neuf ans après y avoir accédé pour la première fois, il le doit en grande partie à sa condition physique. Mais aussi à… sa raquette.

Roger Federer est un homme fidèle. Tombé sous le charme de Mirka lors des Jeux Olympiques de Sydney en 2000, lorsqu’il chantait à tue-tête le(s) tube(s) des Backstreet Boys, le Suisse lui a passé la bague au doigt quelques années plus tard et lui a offert deux magnifiques jumelles. Dans ses relations amicales et professionnelles, Federer fait également preuve d’une fidélité accrue. Même avec… ses raquettes.

Un petit tamis rare
Comme Rafael Nadal, qui a misé très tôt sur la marque Babolat, venue le dénicher à Majorque dès son plus jeune âge, le n°1 mondial, a joué toute sa vie avec le même outil de travail : la Wilson Pro Staff. Seules des modifications mineures y ont été apportées, notamment sur la couleur (actuellement blanche) et les vibrations. L’Equipe nous apprend aussi que Federer, très soucieux du détail, a toujours milité pour obtenir un changement dès le début de son règne sur le tennis mondial en 2003 : la taille du tamis, plus petit que la normale. Une caractéristique qui refroidit la plupart, voire tous ses confrères du circuit.

« Sa raquette ne pardonne aucun écart »
Nicolas Mahut connaît bien l’instrument pour l’avoir utilisé pendant neuf longues années. « À partir du moment où tu l’adoptes, il est quasiment impossible de passer à autre chose, détaille-t-il dans le quotidien sportif. Le problème de cette raquette, c’est que la balle part très bien mais dès que tu décentres, c’est fini. Elle ne pardonne aucun écart. Lui a un petit tamis mais comme il a un jeu de jambes parfait, qu’il se place extrêmement bien, son rendement est excellent ». De plus, Federer reste très peu flexible sur le cadre de sa raquette, qui veut voir rester mat et pas vernis sous peine de rigidifier le cadre et donc déformer son placement et ses frappes. Un vrai travail de pro.