Accès direct au contenu

Jamais vu

Bercy la bande des cinq

Après les «Quatres Mousquetaires», Bercy a enfanté sa «Bande des Cinq». Jamais, cinq joueurs Français n'avaient atteint les huitièmes au POPB. Lequel d'entre eux peut aller le plus loin?

Si la réussite des tennismen français lors du Masters de Paris-Bercy pouvait être communicative à leurs camarades footballeurs, on aborderait le voyage Eire-France plus sereinement. Et pour les plus angoissés en avion, qu'ils se rappellent que l'opus 2009 du tournoi parisien est historique. Pour la première fois, la France place cinq joueurs en huitièmes de finale. Dont deux duels franco-français. Revue d'effectif.

Jo-Wilfried Tsonga VS Gilles Simon : Avantage Tsonga (confrontations précédentes : 2-1)

Le sort s'avère parfois cruel puisqu'il oppose dès les huitièmes les deux Français les mieux classés à l'ATP. Mais le duel s'annonce déséquilibré. D'un coté, Jo-Wilfried Tsonga, affuté comme un boxeur, court après sa place pour le Masters de Londres. Une place qu'il n'obtiendra qu'en faisant main basse sur le trophée pour la deuxième année de suite. Ce que personne n'a réussi jusqu'alors. Face à lui, son pote Gilles Simon. Ce très cérébral Gilou qui n'a rien trouvé de mieux que de battre pour la première fois Ljubicic sur une jambe. Blessé, le crocodile s'est fait panthère pour assener les premières amorties de sa carrière pro (ou presque). Ce revirement stratégique ne devrait pas pour autant gêner Jo qui retrouverait en quart le vainqueur d'un autre duel fratricide entre Nadal et Robredo.

Arnaud Clément VS Novak Djokovic : Avantage Djokovic (confrontations précédentes : 1-2)

« Il y a un mois, je me serais donné une chance sur 500 millions de gagner. Là je sais que la probabilité est nettement plus forte. » Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Arnaud Clément n'aborde pas le numéro 3 mondial la peur au ventre. Reboosté par une fin d'année où il retrouve le plaisir de jouer en même temps que la gagne, « la Clé » n'aura pas la partie facile. Mais s'il pouvait s'inspirer de Julien Benneteau pour affronter ensuite le vainqueur de Soderling-Davydenko ?

Pour le plaisir, un extrait d'un double-mixte de la Hopman Cup (une compétition entre nations) entre les paires Djoko/Jankovic et Clément/Golovin

Gaël Monfils VS Julien Benneteau : Avantage Benneteau (confrontations précédentes : 3-1)

A l'approche du terme d'une saison longue et éreintante, le favori du huitième de finale entre la Monf' et Bennet' n'est pas celui qu'on croit. Car Monfils arrive à Paris sur les rotules et admet n'avoir « plus trop de jus ». « J'ai envie de jouer mais je suis fatigué, concédait-il les yeux exorbités après sa prestation loin d'être rassurante face à la surprise David Guez. Cela me fait plaisir de jouer devant ma famille à Paris. C'est juste que je n'avance plus. » Julien Benneteau, au contraire, est comme un poisson dans l'eau dans ce bocal du POPB. Souriant et détendu à longueur de journée, il l'a également été à l'heure de conclure d'un ace « la plus belle victoire de (s)a carrière » face à Federer. Il devrait être à bloc -s'il n'a pas trop fêté son exploit- pour disputer une place en quart face au vainqueur de Cilic-Verdasco. Un tableau tout à fait jouable.

Voilà ce à quoi doit s'attendre Gaël Monfils