Accès direct au contenu

Rugby

Rugby - 6 Nations : Dusautoir présente les adversaires du XV de France

Pour Le 10 Sport, Thierry Dusautoir, capitaine de l’équipe de France, détaille les caractéristiques des cinq nations qui feront face aux Bleus ces prochaines semaines lors du tournoi des 6 Nations.

L’ÉCOSSE« L’Ecosse est en plein renouveau. L’arrivée de leur nouvel entraîneur change beaucoup de choses. Je pense notamment qu’il leur permet de se décomplexer et de prendre de plus en plus confiance. C’est un changement important pour une équipe. La tournée de novembre a permis de s’en rendre compte puisqu’ils ont quand même failli battre les Blacks à Murrayfield ! Ils auront une belle carte à jouer dans ce tournoi, attention à eux. Je les considère comme une équipe dangereuse et je m’en méfie particulièrement »

Le joueur à suivre : La ligne de ¾
« Difficile de ressortir une individualité dans ce collectif. Je préfère ressortir leur ligne de ¾. Ce sont des joueurs qui évoluent ensemble à Glasgow, ils se connaissent très bien et leur bonne relation se transpose avec la sélection. C’est une ligne puissante et rapide à la fois, avec un style très différent, qui fait souvent la différence ».

France - Ecosse, le 7 février (18h, au Stade France)

L’IRLANDE« C’est clairement le favori de ce tournoi des 6 Nations. Les dernières performances montrent clairement qu’il s’agit d’une équipe compétitive, positionnée à la troisième place du classement mondial. La tournée de novembre a été très positive pour eux puisqu’ils ont battu l’Afrique du Sud et l’Australie. Ils ont fait le plein de confiance et les connaissant, ils seront d’autant plus motivés à l’idée de conserver leur titre acquis l’an passé ».

Le joueur à suivre : Paul O’Connell
« C’est un joueur que j’aime beaucoup. C’est la poutre de l’édifice irlandais, le taulier. Il impressionne par son expérience et sa capacité à faire jouer ses coéquipiers. Il est incontournable »

Irlande - France, le 14 février (17h, à Dublin)

PAYS DE GALLES« C’est le pays qui compte le plus de victoires dans le Tournoi des 6 Nations, donc inévitablement, le Pays de Galles aura un rôle à jouer dans cette compétition. Les joueurs se connaissent bien dans cette équipe et même s’ils traversent une période un peu plus compliquée, ils ratent très rarement un rendez-vous comme le 6 Nations… S’ils se retrouvent dans la course à la victoire, ils seront encore plus dangereux ».

Le joueur à suivre : Sam Warburton
« C’est le capitaine de cette équipe. Il occupe ce rôle depuis un petit moment maintenant, malgré son jeune âge. Ça lui permet d’avoir déjà une grande expérience et de maintenir un niveau de performance élevé. C’est un joueur très constant qui se trompe très rarement dans ses choix ».

France - Pays de Galles, 28 février (18h, au Stade de France)

ITALIE« On ne peut plus considérer cette équipe comme étant plus faible que les autres. Je m’interdis de prendre de haut cette sélection parce qu’elle progresse de façon constante depuis plusieurs années et montre qu’elle peut désormais rivaliser au plus-haut niveau. Elle doit encore franchir un palier mais je n’oublie pas que nous avons déjà perdu deux fois à Rome donc il faudra prendre ce match comme il se doit, avec beaucoup de sérieux et de concentration. En plus, on les retrouvera à la Coupe du Monde, donc cette confrontation aura encore plus d’importance dans ce Tournoi ».

Le joueur à suivre : Sergio Parisse
« Comment citer un autre joueur… ? C’est un immense talent, un garçon et un joueur très intelligent. Il est le symbole de cette équipe italienne et la porte souvent sur ses épaules. La France et l’Italie sont deux nations très proches culturellement et parfois, j’ai vraiment l’impression que Sergio est plus Français qu’Italien (rire) ! C’est un joueur à suivre de très près et l’Italie lui doit beaucoup ».

Italie - France, le 15 mars (à Rome)

L’ANGLETERRE
« L’équipe d’Angleterre a fait une tournée d’automne assez moyenne. Ils ont battu l’Australie mais se sont inclinés contre les Blacks et l’Afrique du Sud. Ils n’ont pas rempli tous leurs objectifs mais je pense aussi qu’ils ont peut-être mis la barre un peu haute. C’est une équipe assez jeune qui commence à avoir l’habitude de jouer ensemble. C’est toujours un adversaire particulier pour nous, encore plus en cette année de Coupe du Monde où ça se jouera chez eux… »

Le joueur à suivre : Georges Ford
« J’aime beaucoup ce joueur, je le trouve très intelligent dans ses actions. C’est un numéro 10 avec un gabarit pas très impressionnant (1,74 m pour 85 kilos) mais il s’est imposé dans cette équipe d’Angleterre pour aujourd’hui être en mesure d’en devenir la pièce maîtresse. Malgré son jeune âge (21 ans), il a su s’imposer et c’est un peu le symbole de cette équipe qui se renouvelle ».

Angleterre - France, le 21 mars (à Londres)