Accès direct au contenu

Tournoi des VI Nations

Ecosse France : Des Bleus à réaction

Ecosse – France : Des Bleus à réaction

L'équipe de France a empoché une seconde victoire dans le Tournoi des VI Nations 2012. Les Bleus se sont imposés 17-23 en Ecosse. Avant de recevoir l'Irlande dimanche prochain, Philippe Saint-André et sa bande restent en course pour le Grand Chelem.

L’équipe de France a eu du mal à entrer dans la partie. Face à des Ecossais qu’on disait joueurs, les Français ont souffert en début de match. Ils ont même été cueillis à froid puisqu’après seulement 7 minute de jeu, les Bleus étaient menés 7-0 suite à un essai de Hogg. Pire, à la 26e minute de jeu, l’ouvreur Laidlaw aggravait la marque sur pénalité (10-0). Heureusement, le XV de France réagissait dans la foulé en préférant la pénaltouche à la pénalité. Un choix payant puisqu’après une action initié par François Trinh-Duc, le centre Wesley Fofana était à la conclusion d’une belle action (28e). Le Clermontois, auteur de son second essai en deux sélections, permettait aux Bleus de revenir dans le match. C’est ensuite Morgan Parra qui se chargeait de remettre les deux équipes à égalité juste avant la mi-temps (10-10). 

La mêlée tient bon
La seconde période est une copie de la première. Alors que Parra avait permis à l’équipe de France de prendre les devants sur pénalité (10-13), les Ecossais repartaient à l’attaque sous l’impulsion de leur arrière Hogg. Et c’est logiquement que l’ailier L. Jones inscrivait le second essai de son équipe sur à un ballon de récupération (17-13, 56e). Mais comme lors de la première mi-temps, l’équipe de France réagissait dans la foulée et suite à un gros travail de Malzieu, Médard allait aplatir entre les poteaux (17-20, 59e). C’est ensuite Beauxis qui donnait un peu d’air au Bleus grâce à un drop (17-23, 68e). Au final, le XV de France empochait une victoire méritée. Mais si les Ecossais ont beaucoup joué, les Français ont surtout été très performants dans le secteur de la mêlée, comme ils l'ont prouvé en fin de match.