Accès direct au contenu

Et tu casses

JO 2012 : les vérités sans pitié du coach dAgnel

Yannick Agnel

Entre sa ligne droite décisive lors du relais 4x100m et son titre olympique sur 200m, Yannick Agnel est devenu un héros national. Pourtant, son entraîneur ne s’est pas privé de casser le mythe.

Dans une interview accordée à l’Equipe, Fabrice Pellerin, l’entraîneur de Yannick Agnel, se montre très dur avec le nouveau héros de la natation française. En n’hésitant pas à mettre en exergue des gros défauts plutôt que ses qualités. Extraits.

Agnel n’aurait rien de plus que les autres
« Très franchement, je ne lui trouve aucune qualité. Je ne lui vois pas quelque chose de différent ou de supérieure à la concurrence. Il a des traits de fragilité et de faiblesse terribles. Ca n’est pas le nageur le plus organisé, pas le plus souple, pas le plus musclé, pas le plus doué dans les coulées... Il fait deux mètres mais ça ne suffit pas. Il est tordu et on a l’impression que ses poignets sont montés à l’envers. »

Agnel, un beau bordel
« Yannick c’est un peu ça : on a oublié la guitare, la basse et la batterie, mais il faut quand même faire le concert. Là, il y a deux casseroles, ça fera la batterie. Une boite à chaussures avec des élastiques et hop, une guitare. »

Agnel a trop voulu jouer l’intello
« L’intello avait peut-être pris un peu le pas sur le nageur. C’est quelqu’un qui a de grosses ambitions. Il est élitiste et veut se différencier. Je lui ai dit que ça n’est pas parce qu’il allait ouvrir plus de bouquins que les autres qu’il irait plus vite. On est champion olympique parce qu’on a travaillé dur, pas en lisant Freud. (...) On t’applaudira parce que tu es différent mais seulement quand tu auras la médaille autour du cou. »

Quand Muffat est carrée, Agnel est un bébé
« Il est assez désincarné par rapport à Camille (Muffat). Elle, elle va plier ses affaires en quatre. (...) Lui, il ne va pas se rendre compte qu’il a un peu de morve qui coule du nez. C’est vraiment le bébé, c’est un corps de bébé, quelqu’un qui avance de façon un peu étourdie parce qu’il est connecté sur autre chose. Je dois faire attention à tout. ‘’ Yannick, tu as pris ton maillot ? Ton gel pour les mains ? L’avion, c’est à 8 heures ! Tu as bien ton passeport ? ‘’ Vu comme ça, ça peut faire rire, mais ça peut-être bien emmerdant par moments. »