Accès direct au contenu

Handisport

Mondiaux de ski : les Bleus veulent cinq médailles

À un an des Jeux paralympiques de Sotchi (7-16 mars 2014), l’équipe de France de ski nordique va se tester aux Mondiaux, en Suède, du 22 février au 6 mars. L’objectif : cinq médailles dont un titre.

À l’heure où la mixité homme-femme fait rage, l’équipe de France de ski nordique se démarque. La délégation française présente à Sollefteå (Suède) du 22 février au 6 mars, pour les championnats du monde, sera en effet exclusivement masculine. Il convient de préciser que Benoît Gilly, l’entraîneur des Bleus et son staff, n’ont retenu que quatre skieurs pour cette épreuve planétaire. « La Fédération Française Handisport a resserré ses critères, explique Benoît Gilly. À un an des Jeux de Sotchi, seuls les réels candidats au podium sont du déplacement en Suède. »

Une équipe de France compétitiveLa France sera donc emmenée par Yannick Bourseaux, médaillé de bronze en biathlon aux derniers Mondiaux, en 2011 et champion du monde de paratriathlon en 2011 et 2012. Cet ancien triathlète de haut niveau valide, partiellement paralysé du bras droit à la suite d’un accident de vélo survenu lors d’un entraînement en 2004, avait déjà ramené l’argent en biathlon long lors des championnats du monde 2009. Il sera accompagné par Romain Rusique. Ce dernier, présent aux Jeux paralympiques de Vancouver, concourt en fauteuil. « Il est capable du meilleur… et du moins bon, caricature Benoît Gilly. Il doit gagner en régularité mais sur un circuit technique et/ou vallonné, il est redoutable. » Thomas Clarion, lui, est inscrit en déficient visuel. Avec son guide, Julien Bourla, ils entendent bien confirmer leur bon début de saison. « Il a déjà participé à deux olympiades mais il a réellement franchi un palier cette année, assure encore l’entraîneur français. Il a notamment terminé deux fois quatrième en Coupe du monde. Il a amélioré ses temps, il est serein par rapport à la qualité de ses entraînements. Mentalement, il est donc bien mieux que par le passé. » Benjamin Daviet, véritable espoir, complète ce team bleu-blanc-rouge. « Il est très prometteur et très intéressant sur les courtes distances. Il va être un bon élément pour le relais notamment. »

Cinq médailles viséesLe staff des Bleus table sur cinq médailles dont un titre. Au moins. « Un podium en relais, deux ou trois autres en individuel et un titre, détaille Benoît Gilly. C’est important dans l’optique de Sotchi de s’installer et d’avoir quelques certitudes. Les résultats des Mondiaux valideront ou non certains choix de préparation. Certains choix stratégiques aussi au niveau du matériel et des courses. » Le début de saison intéressant des Français a déjà apporté des réponses. 

Attention à la RussieSans surprise, la concurrence sera féroce du côté des pays nordiques. La Norvège, qui compte dans ses rangs un skieur qui a participé à une coupe du monde valide, figure parmi les nations fortes. La Suède et l’Ukraine aussi. L’Allemagne, dont le profil de la sélection est similaire à celui de la France, aura aussi son mot à dire. « La Russie, à un an des Jeux chez elle, présente une délégation très impressionnante », ajoute Benoît Gilly. Et très compétitive.

Jérôme SAVARY