Accès direct au contenu

Handisport

Le Centre Fédéral Handisport prend de l’épaisseur

Depuis septembre, le handibasket ne sera plus le seul sport au Creps de Bordeaux, où a élu domicile le Centre Fédéral Handisport. Les athlètes du Pôle France relève athlétismes y ont aussi effectué leur rentrée.

Quelques pelouses, des terrains en tous genres, plusieurs salles de sports, de musculation. Le Creps de Talence (Gironde), situé à deux pas de transports en commun et de nombreux collèges, lycées et facultés, ressemble à l’Insep. Dans sa conception notamment. Dimanche 3 septembre, c’était la rentrée des sportifs appartenant au Centre Fédéral Handisport. Celui-ci compte onze basketteurs e fauteuils, présents au Creps depuis 2011 et 10 athlètes qui viennent de les rejoindre dans cette fourmilière.

« Chacun a eu le libre choix de venir »

Jusqu’à cette année, le Creps de Bordeaux n’accueillait que les jeunes basketteurs sur laquelle la FFH misait. Depuis septembre, les athlètes, auparavant à Lyon et les nouvelles recrues (5+9) ont intégré le Centre Fédéral Handisport. L’idée : créer un vrai pôle multisports de formation. « Nous avons proposé aux sportifs d’intégrer le Centre, prévient Pierrick Giraudeau, DTN adjoint en charge du haut-niveau et futur coordonnateur de l’ensemble du CFH. Chacun a eu le libre choix ou non de venir. Les jeunes étant déjà dans des structures existantes, ont pu u rester surtout si un déménagement au Creps de Talence ne leur convenait pas d’un point de vue sportif et/ou scolaire. »

L’objectif de la Fédération Française Handisport est vraiment d’accompagner au mieux les jeunes sportifs ayant un double projet. « Le Creps par sa situation et ce qu’il offre en matière sportive semble être un cadre idéal à l’aboutissement du double projet de chacun, reprend Pierrick Giraudeau. Mais que le passage se fasse plus tard ou pas du tout, nous accompagnerons au mieux nos espoirs 2024. »

Valentin Bertrand a suivi le mouvement. Si le changement s’est fait de manière inattendue, il se dit prêt à trouver de nouveaux repères et à s’adapter.

Idéal pour mener un double projet

Lara Tukinova, elle, découvre tout. Elle n’était pas au pôle de Lyon comme trois de ses partenaires. Au total, sept athlètes vont découvrir la vie en pôle au Creps de Bordeaux. « Je suis très heureuse d’intégrer cette structure », glisse la Toulousaine de 14 ans, également violoniste. A Talence, elle entend bien se donner les moyens d’atteindre ses objectifs.

Sportivement, la jeune anglo-russe d’origine vise les Jeux paralympiques de Tokyo 2020 afin de prendre un maximum d’expérience pour être au firmament lors de ceux de 2024, à Paris. Dans le civil, les installations du Creps et l’encadrement du Centre Fédéral doivent lui permettre de mener à bien son ambitieux projet scolaire. « J’aimerais bien faire médecine », lance celle qui a effectué sa rentrée en Seconde.

La proximité entre le site sportif et les différents établissements des élèves est un avantage indéniable. Certains n’ont qu’un portillon à franchir le matin pour quitter le Creps et rejoindre leur lycée. Un quotidien que connaissent sept des onze basketteurs présents. En effet, la section basket en fauteuil a connu quatre arrivées pour autant de départs.     

Si le « pôle France relève » athlétisme a pris ses quartiers en Gironde dès septembre, la migration des nageurs, actuellement à Vichy, se fera, elle, en septembre 2018.

Comme les athlètes et les nouveaux basketteurs durant ce mois de septembre, les futurs pensionnaires pourront s’appuyer sur les anciens, ravis de jouer les guides.    

Jérôme Savary