Accès direct au contenu

Handisport

Handisport – Tennis de table : Thomas Bouvais, changements payants

Le pongiste international français, Thomas Bouvais, a digéré la déception brésilienne des derniers JO. Lauréat du 3e tour individuel de la saison à Villeneuve-d’Ascq samedi 22 avril, il se projette sur les rendez-vous internationaux.

Trois ans déjà que cela ne lui était plus arrivé. Alors forcément, en ce week-end d’élections présidentielles, Thomas Bouvais n’avait pas les faveurs des sondages. Et ce même s’il avait terminé 4e du 2e tour individuel. Pourtant, à Villeneuve-d’Ascq (Nord), dans une salle de qualité, le joueur d’Eaubonne a remporté le tour Nationale 1 au nez. Il s’est défait en finale du favori, Matéo Bohéas (Vaillante Angers), vainqueur de deux premiers tours de ce Critérium Fédéral N1, qualificatif pour les championnats de France. « Le matin de la compétition, je ne pensais pas vraiment gagner », admet Thomas Bouvais, n° 750 en valide et conscient de l’écart qui le sépare de Matéo Bohéas.

A Grand Quevilly l’an prochain

Mais cette saison est assez surprenante pour Bouvais. Après une phase de digestion naturelle, eu égard la contre-performance des Jeux de Rio, l’international tricolore a dû réorganiser un peu son temps de jeu. « Mon entraîneur Vincent Aumoitte a quitté Eaubonne pour rejoindre Grand Quevilly. J’ai effectué ma vraie reprise via un stage à Grand Quevilly fin décembre. Depuis, je m’entraîne à Eaubonne avec les joueurs de mon équipe de N2 valide et je vais faire des jours d’entraînement avec Vincent Aumoitte. » En attendant de rejoindre Grand Quevilly, la saison prochaine.

Entretemps, Thomas Bouvais devra confirmer ses bons résultats du début de saison. Demi-finaliste de l’open de Lignano (Italie), en début d’année, il a ainsi déjà son billet en poche pour les championnats d’Europe, prévus en septembre. « Cela m’a enlevé une belle épine du pied. Même si cette année, j’ai décidé d’essayer de moins me focaliser sur les résultats pour optimiser le plaisir du jeu, je suis soulagé d’avoir cette qualification en poche. » Toutes proportions gardées, Thomas Bouvais ne cache pas s’être inspiré de Roger Federer. « Après ses six mois de blessure, il a souvent expliqué avoir privilégié le plaisir du jeu aux résultats. Certes, je ne me compare pas à lui en matière de résultats, mais je me suis dit que son approche pouvait me servir. »

Nouvel emploi

Thomas Bouvais a aussi quitté son emploi au Conseil départemental du Val-d’Oise. « Bénéficier de temps pour m’entraîner devenait moins évident. Je devrais logiquement être embauché par la Banque Postale de Financement à Saint-Denis. Cela me permettrait donc de pouvoir continuer à m’entraîner sereinement. » Sans oublier ses fondamentaux, le Francilien mise donc sur d’autres aspects que les seuls domaines techniques et tactiques. Des recettes dont il espère encore tirer profit lors de l’open de Slovénie (Coefficient 40) et aux championnats du monde par équipe disputés à Bratislava du 15 au 20 mai. « L’open de Lasko en Slovénie s’annonce vraiment top car nous serons 31. Seuls trois ou quatre joueurs du top 20 manquent à l’appel. Les deux Chinois et le Polonais Gruzien, développe-t-il. Quant aux championnats du monde uniquement par équipe, on espère avoir un team intéressant avec Elias Debeyssac. Déjà, c’est bien d’avoir un jeune motivé dans sa classe. Cela ouvre des perspectives. » Le duo avait en effet pris la 2e place du par équipe à Lignano.

Jérôme Savary