Accès direct au contenu

Handisport

Handisport – Tennis de table : Maxime Thomas reste maître en Europe

Sacré en 2011 et 2015, le pongiste de Charcot a ajouté un troisième titre continental à sa collection à Lasko (Slovénie) la semaine passée. Il a également décroché l’argent par équipe avec Florian Merrien.

Maxime Thomas ne se contente plus des places d’honneur. Le pongiste de Charcot (Rhône) vise les titres. Médaillé de bronze aux Jeux paralympiques, le natif de Nancy a remporté la semaine dernière le titre européen en simple (Classe 4). « Je suis vraiment très heureux car ce titre récompense le travail accompli et les choix de vie effectués. » Le Français a aussi conservé son bien. Chose qui est assez rare. Il est aussi le seul Français en or en individuel lors de ce championnat d’Europe 2017.  

A 33 ans, Maxime Thomas, également médaillé d’argent en individuel à l’Euro 2013, a en effet décidé d’arrêter son métier de juriste pour se concentrer à 100 % au tennis de table. « Je n’arrivais pas à cumuler les deux au plus haut niveau. Je suis pleinement tourné vers les Jeux de Tokyo 2020 et ceux de Paris en 2024. » Les principaux axes de travail mis en place concernaient la préparation mentale. « Ce n’est pas comme travailler des gestes techniques ou des schémas de jeu », explique le nouveau triple champion d’Europe.

Toujours dans le dernier carré depuis 2007

Lors du rendez-vous continental slovène, le Tricolore a su mettre en application les choses vues depuis la fin de l’année civile dernière. « Dans cette finale extrêmement tactique et remportée à la belle contre le Turc Ozturk, j’ai su garder ma ligne directrice. Et notamment jouer un peu plus souvent à contre-nature. » Il le fallait pour se défaire de son meilleur ennemi. C’est effectivement Ozturk qui l’a battu en finale de l’Euro 2013 et en demi-finale des Jeux au Brésil, en septembre 2016. Et si Maxime Thomas avait battu le Stambouliote en finale de l’Euro 2015, il restait sur trois revers contre ce joueur cette année lors des différentes sorties internationales.

Ce sacre met aussi en lumière une volonté de fer couplée à de moyens importants. Par exemple, Maxime Thomas a recruté un nouvel entraîneur. Il a aussi mis en place toute une structure pour atteindre ses nouveaux objectifs. « Depuis 2007, j’ai toujours figuré dans le dernier carré des grandes épreuves. Aujourd’hui, je veux m’installer sur les premières marches et gagner des titres mondial et paralympique » affirme-t-il.

Avant cela, il entend savourer ce troisième titre individuel et cette médaille d’argent enlevée par équipe avec Florian Merrien. « C’est bien parce qu’avec Nicolas Savant-Aira, également médaillé d’argent en simple, nous avions vécu une désillusion à Rio en perdant par équipe en quart de finale. » Cette fois, Nicolas Savant-Aira, médaillé d’argent en simple, a décroché l’or par équipe en classe 5 avec Alexandre Delarque. Et Maxime Thomas a pris l’argent, battu en finale par… La Turquie.

Et de ces trois titres y en a-t-il plus fort que les autres ? « Non. La première Marseillaise est toujours un moment particulier. Surtout que j’ai gagné en 2011 contre Emeric Martin, mon équipier et chef de file français de la catégorie jusqu’alors. En 2015, je sortais d’une année vraiment très compliquée. Le fait d’avoir réussi à surmonter tout ça pour aller chercher l’or européen était fort. Et cette année, il y tout le travail accompli derrière pour en arriver là. »

Une première pierre sur le chemin des Jeux paralympiques de Tokyo. Où là encore, Maxime Thomas espère prendre place sur le sommet du podium.

Jérôme Savary         

Le bilan des Français : 9 médailles (2 or, 5 argent, 2 bronze). 4 en simple (1 or, 2 argent, 1 bronze) et 5 par équipe (1 or, 3 argent, 1 bronze).