Accès direct au contenu

Handisport

Handisport – Tennis de table : Bon comportement des Français en Italie

Une partie de l’équipe de France de tennis de table handisport était à Lignano, en Italie, pour lancer la saison internationale. Avec réussite globalement. Stéphane Lelong, le directeur sportif, dresse le bilan.

Stéphane Lelong est entré dans le grand bain. A Lignano (Italie), lors ce premier open coefficient 40 (le plus élevé hors championnats majeurs) de la saison, le directeur sportif du tennis de table de la Fédération Française Handisport a vécu son premier rendez-vous international. Un déplacement intéressant à plus d’un titre dans la mesure où un tableau junior (- 21 ans) était au menu. « Il était intéressant de constater que ces tableaux réservés aux jeunes s’étoffent, développe le référent. Pour la première fois, de jeunes Japonais ont traversé le monde pour disputer une telle épreuve. Cela démontre qu’ils préparent activement Tokyo 2020. »

Les jeunes dans les clous

Stéphane Lelong a apprécié le comportement des jeunes tricolores. Si Corentin Darènes va devoir se soumettre à un nouveau test de classification pour entériner sa place dans le mouvement handisport, les autres jeunes ont brillé. Elias Debeyssac est passé tout près de la victoire en classe 8. « Il a manqué un peu de constance, estime Stéphane Lelong. Quant à Clément Berthier et Lewis Dalby, ils ont cédé en demi-finales de cette même classe 8. C’est encourageant. » Pour le seul représentant français en fauteuil roulant, Nicolas Antier, le niveau était un peu relevé car il a évolué en classe 4 alors que son handicap laisse à penser qu’il est davantage classe 3. « Néanmoins, ce tournoi s’est révélé être une très bonne expérience. »

Le directeur sportif tricolore s’est aussi réjoui de voir l’ensemble d’une épreuve internationale. L’ambiance qui y règne. Et un aperçu plus réel, qu’à la télévision et en vidéo, du niveau de jeu. « Chez les jeunes, les meilleurs, selon les entraîneurs nationaux, étaient là. Et je me rends compte que nos Français ne sont pas si loin que ça. »

Chez les seniors, c’est un peu le même constat même si les tableaux en fauteuil étaient plus relevés et denses que chez les debout. D’ailleurs, les fauteuils tricolores ont connu de petites désillusions. A commencer par Florian Merrien, médaillé de bronze aux Jeux paralympiques de Rio et sorti en quart de finale de l’épreuve contre un adversaire moins bien classé que lui sur la ranking-list mondiale. Alexandre Delarque, demi-finaliste et donc déjà assuré de participer aux championnats d’Europe, aurait pu espérer mieux puisqu’il menait deux manches à rien. « Il avait les armes pour passer… »

Bohéas reprend fort

En debout, il faut évidemment retenir la victoire de Matéo Bohéas, le chef de file tricolore, en classe 10. Tête de série 1, le joueur de la Vaillante Angers a tenu son rang malgré la présence d’adversaires qui ne lui sourient pas toujours. « Je suis super content car j’ai atteint mes deux objectifs qui consistaient à me qualifier pour les championnats d’Europe et récupérer la 3e place mondiale. C’est important d’être n°2 avant l’Euro afin d’éviter de croiser la route du Polonais Chojnowski, champion paralympique en titre trop tôt dans la compétition. »  

Si les résultats des tricolores sont globalement intéressants et conformes au niveau de chacun, Stéphane Lelong s’est montré surpris par certaines logiques de joueurs entrés dans une vraie logique de calculs pour conserver leur rang mondial. 

Les principaux résultats français à Lignano

Matéo Bohéas gagne en classe 10. Kévin Dourbecker, finaliste en classe 7. Isabelle Lafaye, Alexandre Delarque et Thomas Bouvais demi-finalistes en classe 2F et en classe 4 en classe 8. Tous ces joueurs ainsi que ceux ayant décroché un podium en individuel aux Jeux de Rio sont assurés de participer aux championnats d’Europe.