Accès direct au contenu

Handisport

Handisport : « On est dans les temps pour un top 10 à Rio »

Jean Minier, le Directeur Technique National de la Fédération Française Handisport, dresse un bilan positif de cet été riche en épreuves majeures où les Bleus ont collecté 60 médailles.

Quelle importance avez-vous accordé à cet été riche en championnats majeurs ?Depuis quelques années désormais, nous suivons à parts égales les deux années précédant les Jeux. Cependant, on leur accorde une importance relative. Des championnats d’Europe ne regroupent pas toujours les meilleurs. Par ailleurs, certains pays, contraintes économiques obligent, n’ont pas participé à des championnats du monde. Ils seront représentés aux Jeux de Rio. Par ailleurs, les Jeux restent à part en terme de médiatisation. Les autres championnats majeurs demeurent assez confidentiels. Cela change pas mal de choses.

Cependant, quel regard portez-vous sur les 60 médailles obtenues (tous sports confondus) ?Nous remarquons que les sportifs ciblés depuis Londres ont eu des résultats intéressants. Cela nous incite donc à poursuivre dans la voie choisie depuis 2012. Nous devons renforcer encore l’individualisation des préparations, accentuer nos exigences à l’égard des athlètes. Cette année 2014 valide aussi notre philosophie qui consiste à resserrer les critères de sélection afin de n’emmener sur les épreuves majeures que l’élite et les vrais potentiels. Il y aussi eu de nombreuses satisfactions dans les sports non paralympiques.

Lesquels ?Je pense au bowling pour personnes malentendantes ou sourdes. Frédéric Delsol s’est imposé aux championnats d’Europe devant 120 autres participants représentant une quinzaine de nations. L’équipe, elle, a gagné la médaille d’argent. C’est de bon augure pour les prochains Deaflympics 2017 (équivalent des JO pour sourds et malentendants). De même, l’équipe de France de tennis de la même catégorie s’est imposée en coupe du monde. Elle a obtenu ce premier titre de la discipline en battant l’Allemagne, largement favorite et multiple championne du monde. Je retiens aussi le titre de champion d’Europe de l’équipe de France de foot fauteuil électrique. Les Bleus ont dominé les Anglais 5-0 en finale et certains jeunes donnent l’impression de réinventer la pratique en intégrant des feintes de corps…

Revenons aux sports paralympiques…Je distingue trois chapeaux. Dans le premier, je place la voile avec un titre de champion du monde (Sonar) et une 3e place (2.4). Surtout, la France a assuré deux places. Je suis également très content du tennis. Les Bleus ont encore gagné la Coupe du Monde. Même si le Japonais Kunieda sera difficile à battre, nous espérons aller chercher l’or en double à Rio et des podiums en simple.Dans le deuxième chapeau, je placerai le paracyclisme qui a obtenu trois titres et deux médailles d’argent aux Mondiaux de Greenville (États-Unis), fin août. Il y aussi l’escrime où Romain Noble a démontré qu’il était l’homme fort du moment. J’ai aussi apprécié l’athlétisme qui a mis en avant des jeunes et dont les ténors ont répondu présent lors de l’Euro. Le dernier chapeau est davantage un deux bis. J’y place la natation qui s’est appuyée sur ses valeurs sûres, le tennis de table, le tir à l’arc et le tir sportif. Au tir à l’arc, j’espère que l’émulation du par équipe à poulie (médaillée), qui n’est pas une compétition paralympique servira les individualités au Brésil. Au tir sportif, nous étions habitués à ramener des médailles depuis les Jeux de Pékin. L’arrêt de Voltz et le fait de voir Cédric Fèvre-Chevalier, notre champion paralympique, passé au travers a limité nos chances. Mais Tanguy de la Forrest que l’on attendait depuis longtemps a pris le bronze. Et Didier Richard a montré que l’on pourrait compter sur lui dans deux ans. Même s’il ne faut pas s’endormir sur nos lauriers, on est dans les temps pour viser un top 10 à Rio.

Jérôme Savary

Crédit photo : Benjamin Loyseau/FFH