Accès direct au contenu

Handisport

Handisport - Natation : Stage intensif pour le groupe France

Les collectifs France natation étaient en stage à Talence (Gironde) la semaine dernière (21 au 27 avril). A un mois des championnats de France, organisés à Sartrouville du 24 au 26 mai, les nageurs tricolores mis l’accent sur le volume et l’intensité. Sami El Gueddari, le directeur sportif de la natation pour la Fédération Française Handisport, fait le point.

Quel était l’objectif de ce stage ?
Il était important puisqu’il est situé à un mois des championnats de France, qualificatifs pour les championnats du monde qui se dérouleront à Londres du 9 au 15 septembre (au lieu de la Malaisie). A un mois de l’échéance, les nageurs sont encore sur des grosses charges de travail. Le stage tombait à point nommé pour continuer de travailler sur des volumes et des intensités importantes. Le programme était donc très chargé.

Dans le détail, ça donne quoi ?
Les sportifs se sont entraînés douze fois durant cette semaine dans l’eau et cinq fois en musculation. Avec des créneaux de deux heures à chaque fois. On est aussi sur des volumes conséquents. Ceux appartenant aux catégories de handicap les plus légers ont nagé plus de 60 km dans la semaine. On veille aussi à l’intensité qui doit être élevée. On est vraiment dans la plus-value d’un stage où on profite d’un bassin de 50 m et l’extérieur. Cela permet aussi de sortir des bassins fermés où il y a beaucoup de chloramine. L’attention, avec un coach pour quatre, est très forte. La récupération a également été efficace grâce à la proximité des infrastructures. On démarre la dernière ligne droite dans l’optique des championnats de France qualificatifs.

La date des Mondiaux, positionnés mi-septembre finalement (au lieu de se tenir du 2 juillet au 4 août), change-t-elle les programmes de préparation ?
Le report est de plus d’un mois à une période qui n’est pas forcément propice pour la natation dans le sens où l’été les piscines sont fortement réquisitionnées. La plupart des clubs sont fermés parce que les compétitions valides se terminent le 27 juillet. Après les coaches sont en vacances. Cela demande de notre part une vraie organisation.

« On est dans le chemin de sélection pour les Jeux paralympiques de Tokyo »

Qu’allez-vous mettre en place ?
Depuis l’officialisation de la date, on travaille avec l’ensemble des staffs sur la gestion de cette période estivale. On va mettre en place cinq semaines de stage – entre le 29 juillet et le 30 août en continue - pour pallier l’absence de structures d’entraînement et/ou les difficultés que les uns ou les autres vont rencontrer pour bien s’entraîner. Tous les nageurs sélectionnés ne feront pas les cinq semaines parce que certains pourront se préparer chez eux ou via des stages avec leurs coaches personnels. Néanmoins, les premiers retours avec les sportifs et leurs encadrements, une grande partie de l’équipe sera présente avec nous durant une grande partie de l’été. On finalise cette tournée estivale.

Ce stage se tiendra sur un seul site ?
Non. On essaie d’en trouver plusieurs pour éviter une certaine lassitude. On essaie de trouver deux ou trois sites idoines permettant de travailler et de profiter d’un cadre sympathique et favorisant parce que ça va être un vrai training camp. Ils aiment ça en général mais sportivement et nerveusement, c’est long. A l’issue de ce stage, les nageurs pourront rentrer quelques jours chez eux pour leur affûtage terminal. Les clubs auront repris et ils pourront aussi se ressourcer et récupérer en famille.  

A un an des Jeux, les enjeux seront forts durant ces championnats du monde ?
Oui. On est dans le chemin de sélection pour les Jeux paralympiques de Tokyo. Les Mondiaux vont ouvrir des quotas pour le Japon. Les 1eret 2eà Londres ouvriront en effet un slot direct. C’est un temps fort à ne pas rater donc charge à nous d’accompagner au mieux les sportifs et leur entraîneur au mieux pour se réaliser et valider le travail effectué toute la saison. C’est une période à ne pas négligée. On a aussi des pistes pour faire des compétitions avec la natation estivale pour leur permettre de s’évaluer, de jauger leur forme autrement qu’à l’entraînement.

Entre les France et ce stage, il y aura le meeting de Berlin (3 au 10 juin)…
Il y aura plusieurs objectifs en Allemagne. Le collectif sera différent de celui emmené à Melbourne en début d’année en raison des examens scolaires de certains. Cette coupe du monde est ouverte aux collectifs élargis. Cela permettra à ceux qui n’ont pas décroché le sésame pour les Championnats du monde d’avoir une épreuve internationale dense. Ce sera aussi, et c’est presque le point le plus important, l’occasion de finaliser la classification internationale de certains sportifs, notamment Yohan Mahistre et Laurent Chardard. Celle-ci sera déterminante pour la suite (Monde et JP).