Accès direct au contenu

Handisport

Handisport – Natation : La France aux Mondiaux sans Lorandi

L’équipe de France de natation va bien présenter une délégation aux championnats du monde. Initialement prévue fin septembre à Mexico, l’épreuve, reportée en raison des tremblements  terre qui ont touché le Mexique durant ce période, se déroulera du 28 novembre au 5 décembre. Sans Elodie Lorandi.

« C’était Inconcevable d’arrêter là-dessus. » Elodie Lorandi, la chef de file de la natation handisport française, n’imaginait pas terminer sa carrière internationale sur une annulation. Ni même un report. La double championne paralympique des Jeux de Londres 2012 (100 m et 400 m nage libre) avait en effet l’ambition de se retirer du paysage international à l’issue des championnats du monde 2017. Soit sur la même épreuve qui l’avait vu faire ses débuts… En 2006.

Lorandi prolonge l’aventure

Initialement prévus du 29 septembre au 7 octobre, les championnats du monde handisport ont finalement été reportés en raison des tremblements de terre qui ont frappé le Mexique et Mexico, théâtre de la compétition, début septembre. Pendant un moment, la question d’une annulation pure et simple s’est même posée.

Finalement, les championnats du monde se dérouleront à compter du 28 novembre, à Mexico. Mais sans Elodie Lorandi, également double médaillée de bronze à Rio aux Jeux paralympiques 2016. A 28 ans, la Française a en effet choisi de ne pas prendre le risque de plomber sa saison en se rendant à un « pseudo championnats du monde ». L’Antiboise a passé la saison a préparé ce rendez-vous. Alors pas question pour elle de s’y présenter sans être au meilleur de sa forme. « Logiquement, après une si longue préparation et une telle épreuve, les nageurs observent une période de repos, explique Pierrick Giraudeau, DTN adjoint en charge du haut niveau pour la Fédération Française Handisport. Elodie a donc coupé. Et depuis, elle s’est projetée sur les épreuves majeures de la fin de saison. » Soit les Jeux méditerranéens et les championnats d’Europe 2018. « Nous avons donc accepté qu’elle ne se rende pas au Mexique. D’autant que la concurrence sera moindre et que les titres éventuels n’auront pas la même valeur. »

Les jeunes au pouvoir

La France sera néanmoins représentée à Mexico. Les cinq autres nageurs retenus pour les Mondiaux de septembre seront du voyage. Trois d’entre eux, Emeline Pierre, Ugo Didier et Maël Cornic honoreront ainsi leur première cape pour une épreuve majeure. Ils seront accompagnés par Anaëlle Roulet et Théo Curin. La première nommée, 22 ans, fera office d’ancienne. Quant à Théo Curin, la coqueluche de la délégation française à Rio, il se réjouit de partager ces championnats du monde avec ses partenaires du pôle de Vichy. « Ces jeunes auront la possibilité de se frotter à une épreuve majeure et au protocole que cela suppose, détaille Sami El Gueddari, nouveau directeur sportif de la natation handisport française depuis octobre. Plus qu’un podium, ils devront surtout être capable de bien suivre leur plan de course et afficher un comportement en phase avec le très haut niveau. »

Et ce sans tarder. En effet, en raison des forfaits multiples liés au report de ces mondiaux, de nombreuses séries sont annulées. Les Français vont donc assez régulièrement se retrouver en finale A directement. « Ce n’est pas si mal car aux Jeux, il faut être performant dès la première course. Les deuxièmes chances n’existent que très rarement… Voire jamais », prévient Sami El Gueddari. Les jeunes tricolores savent donc ce qu’il leur reste à faire.    

Jérôme Savary

La sélection française : Anaëlle Roulet, Emeline Pierre, Théo Curin, Ugo Didier, Maël Cornic.