Accès direct au contenu

Handisport

Handisport : Maxime Thomas retrouve le sourire

Champion d’Europe mi-octobre à Velje (Danemark), le pongiste Maxime Thomas a retrouvé son mordant et plus encore. Idéal à moins d’un an des Jeux paralympiques de Rio.

L’horizon de Maxime Thomas s’est éclairci soudainement. C’était le mercredi 14 octobre. À Velje, dans cette petite cité danoise, le pongiste de Charcot Lyon, originaire de Metz, devenait champion d’Europe en simple. Son deuxième titre continental après celui glané en 2013. Ce second sacre était « puissant », selon l’intéressé, qui sera l’une des têtes d’affiche ce week-end lors du premier tour du critérium fédéral N1 disputé à Montrodat (Lozère) le 5 décembre. S’il récompensait un parcours de haute lutte, il lui ouvrait surtout les portes des Jeux paralympiques de Rio. « En effet, il est écrit dans les règlements de la Fédération Française Handisport que les médaillés d’or et d’argent en simple seraient présélectionnés pour le Brésil », note Sébastien Messager, le directeur sportif de la discipline. Sauf contre-indications internationales, les joueurs étant dans ce cas de figure seront à Rio du 7 au 18 septembre 2016.

Se retrouver en tant que joueur

Maxime Thomas a donc retrouvé le sourire, après une année compliquée au cours de laquelle il a dû apprendre à conjuguer sa vie sportives avec ces obligations professionnelle (avocat) et familiales (mari et jeune papa). « J’ai vécu une saison délicate pendant laquelle mes résultats avaient un peu baissé, admet Maxime Thomas. Il m’a donc fallu retourner au charbon pour me retrouver en tant que joueur. » L’été fut très sportif et studieux. Il a alterné entre heures de jeu à la table et séances de préparation mentale et physique. « J’ai beaucoup échangé avec mon entraîneur Eric Angles qui me suit lors de mes stages au Creps de Boulouris (Var). Mentalement, le travail doit me permettre de garder ma lucidité et de m’ouvrir davantage à ce qui se passe à la table. De ne plus être centré sur moi-même mais d’être réceptif à ce que l’adversaire propose afin d’être réactif et trouver des solutions par le jeu. » C’est ainsi qu’il est parvenu à renverser la vapeur en quart de finale de l’Euro où il s’est retrouvé mené deux manches à rien. « En finale aussi, c’était mal embarqué, se rappelle Maxime Thomas. Mais je suis resté fidèle à ma ligne de conduite et à la volonté de ne pas baisser les bras. » Cela a payé. Le joueur s’est aussi servi de l’expérience d’homme emmagasinée tout au long de cette dernière année.

Prolonger le travail de l’été

Désormais, le regard du duo se tourne vers Rio et les Jeux paralympiques. « On peut dire que j’ai commencé ma préparation cette semaine », sourit Maxime Thomas. Il bénéficiera d’un détachement professionnel total du 1er janvier 2016 jusqu’aux Jeux. « La nouvelle est tombée il y a peu et j’en suis très heureux. C’est vraiment très valorisant de savoir que son responsable professionnel mesure les efforts accomplis. » Chaque épreuve sera l’occasion de parfaire le travail mis en place avec Eric Angles en vue des Jeux. A commencer par ce premier tour individuel Nationale 1. A Montrodat, Maxime Thomas devra donc mettre en application les dernières stratégies vues en stage. « Il est toujours bon de tester en compétition, assure-t-il. J’espère aussi être dans la continuité de ce que j’ai fait lors des championnats d’Europe et prolonger le travail effectué tout cet été. » En somme, gagner et confirmer son leadership en France.

Articles liés