Accès direct au contenu

Handisport

Handisport - Masson : « Faut-il créer un Insep ? »

Gérard Masson, président de la Fédération Française Handisport, porte un regard lucide sur l’élimination des équipes de France de cécifoot et de basket en fauteuil masculin aux Jeux de Rio. Une réflexion s’impose.

L’avenir de l’équipe de France paralympique passe-t-il par la gent féminine ? C’était déjà la tendance lors des derniers Jeux paralympiques de Londres et de Sotchi. En Angleterre, six des huit médailles d’or étaient remportées par des sportives. Dans le Caucase Russe, Marie Bochet avait éclaboussé l’épreuve en signant un magnifique quadruplé doré. Actuellement seule l’équipe de France féminine de basket en fauteuil a décroché son billet pour les Jeux paralympiques de Rio 2016. Le mois d’août, tant attendu, a été fatal aux footballeurs et aux basketteurs. L’équipe de France de cécifoot, en proie à des luttes intestines depuis la médaille d’argent glanée à Londres, n’a pas réussi à reconstruire une formation aussi solide et efficace. Sa cinquième place au dernier Euro est insuffisante. Son homologue de basket a cédé, elle, contre La Pologne avant les quarts de finale.

Ces deux échecs mettent en lumière une réalité en matière de sports collectifs. « Les nations se professionnalisent dans tous les domaines, explique Gérard Masson, le président la FFH. Sans aller jusqu’au point de certains pays, nous avions quand même mis le paquet pour les basketteurs, avec notamment la création d’un pôle espoir, mais ça ne passe pas. C’est franchement dommage lorsque l’on connaît l’impact de ces sports sur le grand public. Ces deux disciplines sont très appréciées pour leur côté spectaculaire. » Une popularité qui tranche avec le rendu sur le tableau des médailles. Chaque équipe ne peut, en effet, ramener qu’une médaille d’or… Au mieux.

Le quadrugby pour sauver l’honneur

S’il faut se réjouir de la montée en puissance du niveau, il convient aussi de se poser la question de l’orientation à suivre. « Faut-il créer un Insep ? », interroge Gérard Masson. Mettre en place une structure professionnelle équipe de France handibasket en permettant aux joueurs de ne faire que ça, en les regroupant sur un même site de manière à ce qu’ils s’entraînent régulièrement ensemble et les inscrire à des tournois internationaux chaque mois ' » C’est clairement ce qu’ont fait des pays émergents, conscients de la représentativité du basket et du cécifoot. Un tel procédé nuirait au développement de la masse. Il n’est pas certain que le vivier soit suffisamment conséquent pour alimenter des équipes de clubs et entretenir un championnat ouvert au plus grand nombre, comme c’est le cas actuellement dans l’Hexagone… Et une équipe de France élite. « Si on veut se concentrer sur le haut niveau, il faut revoir notre fonctionnement, tranche l’homme fort de la FFH. Il faut tenir compte des réalités et des difficultés actuelles que certaines équipes trouvent sur leur route pour bénéficier de créneaux d’entraînement dans les salles. »  

Le sport collectif français conjugué au masculin possède encore une chance d’exister au Brésil. L’équipe de France de quadrugby dispute l’Euro en Finlande. Une finale lui permettrait de rejoindre les basketteuses. En cas d’échec, les Tricolores d’Olivier Cusin auront une nouvelle chance lors d’un tournoi de qualification paralympique durant ce dernier trimestre de l’année 2015

Jérôme Savary

Articles liés