Accès direct au contenu

Handisport

Handisport : Marie Bochet porte drapeau des Jeux paralympiques de PyeongChang

La quadruple championne paralympique de Sotchi a été désignée porte drapeau de la délégation tricolore pour les Jeux d’hiver 2018 de PyeongChang (9-18 mars). A 23 ans, Marie Bochet devra donc concilier cette fonction prestigieuse avec ses objectifs sportifs élevés. Elle se sent prête.

Sur la scène, Marie Bochet lâche quelques larmes. Elles traduisent l’émotion de la skieuse alpin de l’équipe de France paralympique, choisie pour être porte-drapeau de l’équipe de France paralympique aux Jeux de PyeongChang (9-18 mars). La quadruple médaillée d’or des Jeux 2014 de Sotchi, agite le drapeau, reçu des mains de Vincent Gauthier-Manuel, son prédécesseur en Russie et de Michaël Jérémiasz, porte drapeau à Rio. L’adhésion générale est exprimée par les applaudissements nourris de l’assemblée, réunie par la Comité Paralympique Sportif Français (CPSF) au Chalet de la Porte Jaune à Paris. Trouver un chalet, dans la capitale, pour la journée J-100 des Jeux d’hiver est bien vu. « C’est un immense honneur, une grande marque de reconnaissance, explique la jeune femme aux quinze titres de championne du monde. Cette journée nous permet, à tous, d’entrer pleinement dans cette saison paralympique. »

Ne pas oublier les objectifs sportifs

Sondée avant l’été, Marie Bochet reconnaît que la proposition a été source de dilemme. « Il y avait cette énorme envie de répondre oui mais également cette volonté que la fonction ne nuise pas à ma préparation et à mes performances en Corée du Sud. Aux Jeux, les objectifs sportifs priment sur tout le reste. »

Ceux de Marie Bochet sont très élevés. « La désignation de Marie Bochet semble être une évidence tant pour son palmarès que pour les valeurs qu’elle véhicule, poursuit Emmanuelle Assmann, la présidente du CPSF. Mais, se posait la question de savoir si ce statut allait lui donner encore plus d’ailes ou se révéler être un caillou dans son ski. » Le CPSF et la championne ont donc pris le temps d’établir des règles. « Nous allons l’accompagner dans ce rôle afin qu’il ne lui porte pas préjudice. »

Figure de proue du ski handisport, la native de Chambéry fait l’unanimité au sein de l’équipe. D’une équipe qu’elle veut « soudée ». Marie Bochet entend se montrer disponible pour ses équipiers. « Je veux être là pour eux, partager mon expérience ou simplement être à leur écoute s’ils ont besoin d’évacuer certains doutes. Je veux aussi que l’équipe ne forme qu’un, que l’on ne s’ignore pas dans le village… »

Capitaine dans l’âme

Des vertus déjà affichées en 2014. « On l’a vue très à l’écoute, favorisant la dynamique de groupe », se souvient Emmanuelle Assmann. D’ailleurs, Vincent Gauthier-Manuel lui avait remis le drapeau pour la cérémonie de clôture. « Ils s’étaient arrangés entre eux mais c’était un très beau geste », apprécie encore la présidente du CPSF, honorée par la présence de Laura Flessel, ministre des sports, de Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat auprès des personnes en situation de handicap, de Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux Paris 2024 et de Denis Masseglia, président du CNOSF.

Une manière aussi de saluer la performance de la Français, quadruple médaillée d’or. C’est avec cette pancarte qu’elle va arriver en Corée du Sud. Avant, Marie Bochet, en stage à Tignes jusqu’à la fin de la semaine, va s’efforcer de marquer les esprits sur les manches de coupe du monde et de coupe d’Europe. « Nous sommes dans l’affinage des réglages. J’espère démontrer que je ne suis pas mal, même si en général, à cette époque de la saison, je ne sais jamais trop où j’en suis. »

Début de réponse courant décembre. Marie Bochet, membre de l’Armée des champions, se sait attendue. « Je suis certain qu’elle répondra présente, assure Vincent Gauthier-Manuel. Elle a suffisamment d’énergie et de talent pour assumer ce rôle de porte-drapeau et tenir ses objectifs. »

Jérôme Savary

Crédit photo : Grégory Picout/FFH