Accès direct au contenu

Handisport

Handisport - Le ski français brille de mille feux

Les équipes de France handisport de ski alpin et de ski nordique, emmenées respectivement par Marie Bochet et Benjamin Daviet, ont poursuivi sur la belle dynamique des Jeux paralympiques de PyeongChang. Explications de ce bilan exceptionnel.

Les lendemains de Jeux paralympiques ne sont pas toujours roses. Ceux des équipes de France handisport de ski alpin et de ski nordique le sont. Aux championnats du monde, les Bleus de Christian Fémy, le directeur sportif des sports d’hiver à la Fédération Française Handisport, ont cartonné. A commencer par le biathlète Benjamin Daviet.

Déjà triple médaillé d’or aux Jeux de PyeongChang, le skieur du Grand Bornand (Savoie) a littéralement écrasé la concurrence lors des Mondiaux, disputés fin février à Prince George au Canada. Benjamin Daviet a collecté cinq médailles d’or en individuel et une médaille d’argent en relais, avec Anthony Chalençon, guidé par Simon Valverde. Une vraie razzia. « Je me suis senti bien sur ces pistes. Certes, il faisait froid, voire très froid et la neige était dure donc moins glissante, mais avec le staff et les techniciens, nous avons trouvé les bonnes options pour la faire fondre un peu », explique le Français de 29 ans, privé d’un genou à la suite des complications post-opératoires qui ont suivi l’accident de mobylette survenu alors qu’il avait 17 ans.

« On a su évoluer sans tout révolutionner »

Les skieurs nordiques, parmi lesquels Anthony Chalençon et son guide Simon Valverde ont fait deux fois bronze, ont donc trouvé le pendant de Marie Bochet, intouchable en alpin. La Française a gagné ses 15e, 16e, 17e, 18e et 19e titres mondiaux cette année en Slovénie et Italie, les théâtres des championnats du monde de ski alpin. « C’est vraiment très fort de parvenir à gagner de manière si pérenne, se réjouit Christian Fémy. Elle a cette capacité à se remettre en question. Cette solidité mentale pour repousser chaque fois ses adversaires. » Ces dernières poussent toujours davantage pour assouvir leur envie de voir la Savoyarde du Beaufortin chuter de son trône.

L’alpin français peut aussi compter sur Arthur Bauchet, qui a confirmé ses excellents Jeux paralympiques. Avec trois titres et deux médailles d’argent, le jeune bleu poursuit, de manière toujours aussi impressionnante, sa quête menant aux sommets. « C’est important parce que cela enlève un peu de pression à Marie, appuie Christian Fémy. Notre travail de détection nous a permis d’emmener deux novices que sont Thomas Civade (guidé par Kerwan Larmet) et Manoel Bourdenx, loin d’être ridicules pour leur première sortie internationale. Mais il ne fat pas se leurrer, des jeunes comme Arthur capable de gagner leur première manche de coupe du monde et de décrocher l’or dès leur première participation aux championnats du monde n’arrive quasiment jamais. Thomas et Manoel sont davantage dans la norme, la bonne norme. » La force de ces équipes de France réside dans leur unité et dans leur volonté permanente d’avancer. « On a su évoluer sans tout révolutionner », résume Christian Fémy.

Jérôme Savary