Accès direct au contenu

Handisport

Handisport - Le Fur et la France entrent dans l’histoire

L’Euro 2018 de Berlin restera comme un cru historique pour l’équipe de France d’athlétisme handisport. Avec 39 médailles dont 17 en or, et l’extraordinaire record de Marie-Amélie Le Fur à la longueur (6,01m), les Bleus ont marqué les esprits avant les Mondiaux 2019 et les Jeux paralympiques de Tokyo.

Exceptionnelle, historique ! L’équipe de France emmenée par Marie-Amélie Le Fur a brillé à Berlin (Allemagne) durant les championnats d’Europe handisport. Jamais une équipe handisport n’avait récolté autant de médailles et de titres sur un seul rendez-vous majeur. Avec 39 podiums et 17 Marseillaise, les Bleus prennent la 4e place du classement des nations, derrière la Pologne (61 médailles dont 26 or), la Grande Bretagne (50/20) et l’Ukraine (49/19). Le seul classement handisport (si on enlève le Sport Adapté), place même la France sur le podium dudit classement. La France devance l’Allemagne, nation phare du monde handisport, chez elle.

« Elle croyait avoir fait 5,91 m »

La dernière journée a été le point d’orgue pour les Bleus avec un événement planétaire. Marie-Amélie Le Fur, touchée par la perte de son bébé en début d’année, a pulvérise son propre record du monde (5,83m) à la longueur. Mieux même, par son bond la propulsant à 6,01m, elle est la première femme amputée tibiale à dépasser cette barre des 6 mètres. « Elle ne le savait pas au début. Elle croyait avoir fait 5,91m. Ce n’est qu’en zone mixte qu’elle a appris qu’elle avait franchi les 6 mètres, relate Julien Héricourt, le référent de l’athlétisme à la Fédération Française Handisport. C’est vraiment un très grand moment. Surtout qu’elle a pu le vivre avec tous ses proches, venus en nombre à Berlin. » Une réponse de taille démontrant tout le caractère, le talent et les qualités morales et techniques de l’octuple championne paralympique, revenue aux affaires en mai. « C’est d’autant plus beau qu’elle a réussi cette perf sur son dernier essai », ajoute le Directeur sportif de l’athlé handisport.

La dynamique est lancée  

Le troisième sacre européen de l’icône de l’athlé handisport tricolore a permis de terminer cet Euro en apothéose. « C’est très bien. J’avoue que j’étais un peu revanchard par rapport aux critiques essuyées l’an dernier à la suite des Championnats du monde 2017 de Londres, pose Julien Héricourt. Nous étions sur une année post-Jeux, Marie-Amélie Le Fur et Nantenin Keita, deux médaillées d’or de Rio, n’étaient pas dans la sélection. Timothée Adolphe, deux fois en or sur la piste, avait été disqualifié à deux reprises… » Ce bilan londonien vierge de titre avait en effet suscité quelques remous en interne. « Nous étions en train de reconstruire quelque chose, de préparer l’avenir », ajoute-t-il.

« Il faut surfer sur cet Euro »

Julien Héricourt a tenu compte des dires en reprenant les choses en mains. « Je me suis créé un staff plus étoffé au sein duquel j’avais entièrement confiance et le projet de préparation a été finalisé ». Maintenant, il va falloir confirmer lors des Mondiaux 2019 afin d’arriver sur cette dynamique aux Jeux de Tokyo. « Il faut surfer sur cet Euro, ces moments vécus, mais ne pas oublier que l’Euro n’a rien à avoir avec des rendez-vous planétaires. »
 
Le sélectionneur salue aussi la politique de la FFH qui a ouvert un peu les sélections et permis à la commission de s’appuyer sur un staff plus conséquent. « C’est important parce que cela permet d’avoir du monde en lice tous les jours et crée une dynamique hyper positive. Personne n’est seul, à l’entraînement, à l’échauffement, lors des phases de récupération à l’hôtel… Chaque maillon est indispensable. » Cela permet aussi à certaines épreuves de rester en vie et parfois de grossir les chances de médailles des Bleus.

Le bilan complet des Bleus

OR : Timothée Adolphe et son guide Jeffrey LAMI (T11) > 100m T11. Thierry Cibone (F34) > Javelot F34. Alexandre Dipoko-Ewane (T47) > Hauteur. Pierre Fairbank (T53) > 100m, 200m, 400m, 800m. Tony Falelavaki (F64) > Javelot. Mandy François-Elie (T37) > 100m, 200m. Redouane Hennouni (T38) > 1500m. Angelina Lanza (T47) > 200m, Longueur. Marie-Amélie Le Fur (T64) > Longueur (record du monde à 6,01m). Jean-François Maitre (F54) > Poids. Rose Vandegou (F41) > Poids (record d’Europe). Marcelin Walico (F57) > Javelot.

ARGENT : Sylvain Bova et son guide Germain HAEWEGENE (T11) > 200m. Nicolas Brignone (T53) > 100m, 200m, 400m, 800m. Julien Casoli (T54) > 1500m. Thierry Cibone (F34)>Poids. Manon Genest (T37) > 200m, 400m. Clavel Kayitare (T63) > 100m. Ronan Pallier (T11) > Longueur. Louis Radius (T38) > 1500m. Timothée Adolphe, Julien Casoli, Mandy François-Elie et Angelina Lanza > Relais mixte 4x100m

BRONZE : Jean Baptiste Alaize (T64) > Longueur. Julien Casoli (T54) > 5000m. Renaud Clerc (T37) > 400m. Moussa Tambadou (T37) > Longueur. Badr Touzi (F63) > Disque, poids. Laure Ustaritz (T37) > 400m. Rose Welepa (F12) > Disque, Javelot (F13).