Accès direct au contenu

Handispot

Handisport - Jeux Paralympiques : Un bilan en or !

Christian Fémy , le directeur sportif du ski français, revient sur l’excellent bilan de l’équipe de France aux Jeux paralympiques de PyeongChang. La 4e place tricolore, avec 20 médailles dont 7 titres, récompense un travail minutieux et construit dans le temps.

Avec un peu de recul, comment jugez-vous ce bilan paralympique 2018 ?
Les résultats sont très bons. Mais les résultats, les médailles et les classements, ce sont les ordinateurs qui les calculent. Je retiens surtout la qualité des courses de nos athlètes. Sur tous les modules, sur tous les départs, les pas de tirs et les finish, ils ont tout donné. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient faire de mieux. Pendant ces quatre années, avec le staff, nous avons fait en sorte de leur donner un maximum d’outils et ils les ont parfaitement utilisés. Les résultats ne sont que le fruit du travail effectué en amont. Nous étions satisfaits par les médailles autant que par les performances de nos jeunes comme Jordan Broisin, Julien Roulet et Arthur Dubois. Mais aussi de voir Yo (Yohann Taberlet) finir 4e à 2 dixièmes d’un podium. Chacun a bien joué le jeu et a démontré tout ce qu’il savait faire.

En sommes, vos plans se sont déroulés sans accroc…
Non. Nous avons connu des accrocs. La chute de Marie Bochet sur le Super G, en raison d’une porte masquée et impossible à prendre à 90 KM/h (5m/s) en est un. La blessure, avant même le début des épreuves, de Maxime Montaggioni, champion du monde en titre de snowboardcross, en est un autre… Mais il n’y a pas eu d’accroc en matière d’engagement, de préparation… Tout a bien fonctionné dans ces domaines.

A titre personnel, comment avez-vous vécu ces Jeux ?
On passe d’une course à l’autre. A peine le temps de se réjouir de la performance de l’un que l’on pense déjà à encourager et suivre la course d’un autre. Nous n’avons tiré le bilan qu’au soir du 18. Là, on était très heureux de tout, pas uniquement des médailles.

C’est-à-dire ?
Nous étions aussi contents de la dynamique d’équipe. Nous avons gardé, et c’est important, le même fonctionnement que les années précédentes. Nous avons apporté quelques ingrédients supplémentaires, bénéficié d’appuis complémentaires du CPSF et de la FFH pour répondre à l’ampleur de l’événement mais nous n’avons pas tout révolutionné. Juste améliorer des points.

« Nous n'avons pas fêté chaque médaille comme des fous »

On a senti une équipe particulièrement responsable et concentrée jusqu’au bout ?
Oui. Nous n’avons pas fêté chaque médaille comme des fous. Lorsque nous avons égalé le nombre de médailles de Sotchi (12), nous n’avons pas relâché la pression en se disant que nous étions arrivés. Certains médaillés ne sont pas allés au Club France le soir de leur podium pour ne pas se laisser disperser. Toutes les interventions médiatiques étaient aussi très contrôlées. Nous n’avons pas laissé l’importance de l’événement nous perturber.

Quel sera votre avenir ?
Je suis sur un contrat de préparation olympique et paralympique. Il continue même si je vais rencontrer mes dirigeants pour évoquer quelques modalités. Mais je me projette sur Pékin 2022 et ça me plaît. Néanmoins, il va falloir des changements, caler des choses car je suis le seul salarié à temps plein pour la gestion des sports d’hiver handisports. On a connu de beaux succès mais il y a des modifications à apporter pour éviter toute forme d’essoufflement, voire d’usure. La dynamique initiée à travers ces Jeux doit servir les prochains, à Tokyo, à Pékin et à Paris en 2024.

Jérôme Savary

20 médailles, un record

Médailles d'or (7) : Marie Bochet (descente, Super-G, géant, slalom), Benjamin Daviet (biathlon 7,5 km debout et 8 km), équipe de relais en ski de fond (Benjamin Daviet, Anthony Chalençon, Simon Valverde, Thomas Clarion et Antoine Bollet en 4 x 2,5 km).

Médailles d'argent (8) : Frédéric François (super-combiné, catégorie assis), Arthur Beauchet (descente, super-G et super-combiné catégorie debout et slalom), Benjamin Daviet (ski de fond, 20km et 15km biathlon), Cecile Hernandez (snowboard).

Médailles de bronze (5) : Frédéric François (Super-G et slalom), Thomas Valarion (20 km non-voyants), Cécile Hernandez (snowboard), Anthony Chalençon et son guide Simon Valverde (biathlon 15km non-voyants).