Accès direct au contenu

Handisport

Handisport : Deux joueurs du FC Nantes à la rencontre du foot-fauteuil

Rémy Riou et Lucas Deaux, footballeurs professionnels du FC Nantes, ont pris part à une séance d’entraînement de l’équipe de foot-fauteuil de Nantes, pensionnaire de deuxième division.

« Pour cette saison, ça va être un peu juste, mais avec de l’entraînement… » Claude Pecqueur, l’entraîneur de Nantes Foot-fauteuil ne fait pas de cadeau quand il s’agit de juger Rémy Riou, le gardien du FC Nantes, venu partager un entraînement avec l’équipe chère à la présidente Isabelle Tribout. « C’est normal, rigole le portier des Canaris. Cela demande beaucoup de travail pour adapter le déplacement du fauteuil à la trajectoire du ballon. Finalement, c’est plus simple de jouer au foot avec ses jambes. »

Lucas Deaux et Rémy Riou se sont pris au jeu, en montant volontiers dans le fauteuil. « C’est tout l’intérêt de les rencontrer, appuie le gardien. C’est intéressant et enrichissant de découvrir une autre pratique. De tester. Il y a des choses amusantes comme le tir à l’aveugle qui revient à faire une frappe après avoir effectué un 360 avec le fauteuil. Cela donne un peu la nausée à vrai dire… »

RIOU : « IL FAUT SAVOIR RENDRE LA PAREILLE »Cette rencontre, initiée par Synergie, qui suit depuis onze ans le foot-fauteuil Nantes Atlantique et le FC Nantes depuis encore plus longtemps, est aussi un moyen de provoquer un éclairage médiatique sur la discipline. « On comprend bien les difficultés de ces clubs à exister et à trouver des partenaires, développe Rémy Riou. Alors si par notre présence, on peut aider à déloquer des moyens et leur apporter de la visibilité, pourquoi s’en priver… Eux sont très souvent à la Beaujoire pour nous soutenir. Il faut savoir rendre la pareille. »

Autographes, selfies, les joueurs du NFF ont apprécié chaque minute de cette rencontre. « Ce sont tous des passionnés de foot, des supporters du FCN, alors pouvoir les côtoyer et leur montrer ce qu’ils savent faire est important pour mes joueurs, explique Claude Pecqueur. Une bonne source de motivation aussi. »

L’AUTRE FC NANTES PARMI L’ÉLITE
Tous ne le font pas pour autant. La démarche est certes estampillée FCN, mais rien n’est obligatoire. « C’est requis mais seuls les volontaires y sont allés, dévoile encore le dernier rempart des Jaune et Vert. Je suis déjà le parrain d’une association, Un fauteuil à la mer basée sur Toulon. Elle permet à des handicapés en fauteuil de faire des activités nautiques. »

Cette visite est forcément un grand moment pour le club de Nantes foot-fauteuil électrique qui compte trois équipes engagées en championnat. « Notre équipe premières, en D2, peut espérer rejoindre l’élite, en profite pour indiquer Isabelle Tribout. 

SI LOIN ET SI PROCHE
Les deux pros ont aussi pu mesurer les ressemblances et les différences qui existent avec leur pratique. « Il y a une cage, un ballon, donc ça fait un peu penser au foot, note encore Rémy Riou. Tu ressens le foot aussi car c’est un peu tactique, il y a des manières de se placer sur le terrain par rapport à un coup franc ou à une combinaison… Après, il est certain que le fait de jouer en salle, à trois et un gardien modifient pas mal de choses. »

En une après-midi, Lucas Deaux, lui, a déjà retenu quelques règles majeures, comme l’interdiction de défendre à deux contre un dans un périmètre de trois mètres. Il a aussi pu estimer qu’il lui serait plus facile de commencer sur le banc, ou en défense. « Il semble plus aisé de concilier déplacement du fauteuil et shoot dans le ballon », sourit le milieu de terrain nantais conquis par cet échange. 

Jérôme Savary

Crédit photo : Arnaud Duret/FC Nantes