Accès direct au contenu

Handisport

Handisport - Basket : performance historique pour les Bleues

Pour la première fois de son Histoire, l’équipe de France de handibasket féminine s’est hissée en quart de finale d’une épreuve universelle majeure.

L’Histoire retiendra que la France a atteint pour la première fois de son histoire un quart de finale de championnats du monde de handibasket féminin. Sur le papier, le résultat, synonyme d’une progression de deux places au classement mondial depuis les Jeux paralympiques de Londres, en 2012, n’est pas anodin. Comme en 2006, les Françaises terminent huitièmes à l’issue des matches de classement. « Mais cette fois, nous ne sommes pas dernières comme ce fut le cas il y a huit ans », précise fièrement Agnes Étavard, la meneuse tricolore. L’équipe de France qui laisse derrière elle, quatre nations, a aussi vu ce qui la sépare des meilleurs pays de la planète en la matière. « Nous avons manqué de puissance athlétique et de physique, explique Agnès Étavard, déjà présente dans la capitale anglaise aux derniers Jeux. Ce déficit a engendré des trous d’air aux shoots et sur le plan tactique. »

« NOUS NOUS RETROUVONS SEULEMENT 5 FOIS PAR AN »
Pourtant, le domaine tactique a aussi apporté des motifs de satisfaction au groupe France présent à Toronto (Canada) fin juin. « Malgré un manque évident de vécu commun, l’équipe était soudée et relativement bien organisée, estime encore Étavard. Nous nous retrouvons seulement cinq fois par an lors de petits stages de préparation, quand d’autres équipes passent des mois entiers à travailler ensemble avant les grandes épreuves. » Les Françaises ont aussi mesuré l’importance accordée à leur sport par rapport à des nations comme l’Allemagne, l’Angleterre, la Hollande ou le Canada. « Les joueuses de ces pays sont professionnelles ou semi-pro. Elles bénéficient de moyens bien plus importants que les nôtres », reprend la joueuse, aussi capable de jouer au poste 1.

Alors, la performance des Bleues ne doit pas être minimisée. Certes, elles n’ont gagné que deux rencontres sur huit, mais elles ont battu le Mexique « que nous avions perdu à Londres », souligne encore l’une des cadres de cette équipe tricolore. L’équipe de France a aussi posé de sérieux problèmes à l’Australie et aux Anglaises. « Pourtant, lors d’un tournoi de préparation, nous avions pris quelques bonnes claques… Notamment face contre l’Angleterre. »

CONFIRMER À L’EURO 2015
Des bons points pour cette équipe qui a incorporé quelques jeunes joueuses depuis 2012. « Il était important de lancer de nouvelles jeunes basketteuses pour la dynamique et l’avenir surtout, appuie Agnès Étavard. De nombreuses nations ont profité de ce mondial pour tester des jeunes. Certaines Anglaises n’avaient, par exemple, pas plus de quinze ans. » L’avenir pour les Bleues s’écrira à l’échelle européenne. L’an prochain, environ à la même période, elles se rendront Outre-Manche pour un championnat d’Europe décisif en vue d’une qualification aux Jeux paralympiques de Rio 2016.

Pour confirmer que ce résultat historique était bien prometteur, les protégées de Pascal Montet devront confirmer les progrès entrevus lors de mondial canadien parfaitement organisé mais où l’absence de public s’est révélée criante. « C’est le seul hic de ce mondial au cours duquel les conditions de jeu et l’organisation étaient au top. » La Gaypride, organisée au même moment, a peut-être nui au suivi de l’épreuve…

Le classement. 1. Canada, 2. Allemagne, 3. Pays-Bas, 4. États-Unis, 5. Grande-Bretagne, 6. Australie, 7. Chine, 8. France, 9. Japon, 10. Mexique, 11. Brésil, 12. Pérou. 

Jérôme Savary