Accès direct au contenu

Coupe de monde de l’intolérance

Qatar 2022 : Blatter avertit les gays

Depuis la désignation du Qatar comme pays organisateur du Mondial 2022, le président de la FIFA, Sepp Blatter, doit défendre ce choix. Lundi, c'est la communauté gay qu'il conseillait avant un éventuel déplacement au Qatar.

En Afrique du Sud, les Vuvuzelas nous avait quelque peu brisé les oreilles. Pour le Mondial 2022, ce sont les lois qataris qui pourraient gâcher la fête. La principale victime pourrait être la communauté gay présente pour l'occasion. En effet, au Qatar, s’afficher main dans la main avec un compagnon du même sexe peut vous coûter cher . Jusqu’à 7 ans de prison, selon l'article 284 du Code Pénal qatari. L'attribution du Mondial 2022 au Qatar avait déjà fait polémique pour la « pauvreté footballistique » du pays du Golfe mais les différents « culturels » de ce genre n'arrangent rien à l'affaire.

Abstinence « blatterienne »

A tel point que le président de la FIFA, en visite lundi à Johannesburg, a du s'exprimer sur ce problème de l’homosexualité illégale. Sepp Blatter a en effet conseillé aux gays « de se retenir de toute activité sexuelle » pendant toute la durée de la Coupe du monde 2022. Il a ensuite précisé qu'il comptait bien sur l'évolution des mœurs qataris d'ici 2022 : « Au Moyen-Orient, on perçoit l’ouverture à cette culture, c’est une autre culture parce que c’est une autre religion. Mais dans le football, il n’y a pas de frontières. On s’ouvre à tout le monde et je pense qu’il n’y aura aucune discrimination d’aucune sorte envers les êtres humains, qu’ils soient homosexuels ou non, de gauche ou de droite, ou que sais-je encore. » Sûr que le Paris Foot Gay est derrière Blatter.