Accès direct au contenu

Fâcherie collective

Portugal : les raisons de la colère de Ronaldo

Cristiano Ronaldo

Le Portugal s'est extirpé du groupe de la mort en dominant, dimanche, les Pays-Bas (2-1). La rage de vaincre, mais aussi, la colère se lisaient sur le visage de Cristiano Ronaldo et des siens. Pour quelles raisons, les Portugais sont-ils aussi remontés ?

Les compétitions se suivent et se ressemblent (presque). Chaque grande nation semble avoir des difficultés relationnelles avec les médias de son pays. Après la France et le fiasco médiatique de la Coupe du monde 2010, après l’Italie et Prandelli qui doit sauver le soldat Balotelli à chaque conférence de presse, c’est au tour du Portugal de connaître le mauvais caractère des joueurs de la Selecçéao. Depuis le début de l’Euro, la presse se fait plaisir en prenant à de nombreuses reprises Cirstiano Ronaldo, et plus généralement, le niveau de jeu de l’équipe de Bento, pour cible. Punition : après la qualification pour les quarts de finale contre les Pays-Bas (2-1), les joueurs ne se sont pas arrêtés en zone mixte, pour répondre aux médias. Seuls Ronaldo, élu homme du match, a placé quelques mots tout comme ses coéquipiers Miguel Veloso et João Pereira qui ont également fait le service minimum.

Ronaldo défendu par ses amis
Une raison principale explique cette grogne collective. Elle serait une forme de soutien apporté à Ronaldo. Sauveur de la nation hier (doublé contre les Pays-Bas), il avait été la cible préférée de la presse depuis le début de l’Euro, Oliver Khan et Antonio Simoes avaient notamment critiqué le Ballon d’Or 2008. Le dernier cité n’avait pas hésité à se lâcher, dans le quotidien A BOLA, en décrivant CR7 comme prétentieux avec une image « d’egocentrique et d’irresponsable ce qui offre le droit a n’importe quel Portugais de la critiquer », le tout en accusant le sélectionneur Bento d’aider Ronaldo à devenir irritable : « Il ne fallait pas donner le brassard de capitaine a Ronaldo lorsqu’il était d’un mauvais niveau ». Le même quotidien avait consacré une double page sur les notes des joueurs après le match contre le Danemark (victoire 3-2 des Portugais). Et le moins que l’on puisse dire c’est que la prestation de Cristiano Ronaldo avait fait débat. On pouvait donc lire en une : « Nani a offert se que Ronaldo a raté ». On comprend donc que le joueur ne soit pas insensible à toutes ses critiques. Faire front pour protéger un coéquipier, voici la technique adoptée pour aider CR7 à s'en sortir. C'est en bonne voie.