Accès direct au contenu

Grosse déception

Montpellier : Charbonnier avait pourtant (enfin) un air de Giroud

Montpellier, qui a mené face à l’Olympiakos, a finalement du s’incliner (2-1) dans une partie pourtant globalement dominée. Dommage, car Montpellier tenait enfin un buteur.

Montpellier, l’inaccessible champion de l’an passé, sait quelles sont ses carences du début de saison. Défensivement, les Montpelliérains n’affichent pas la même solidité que la saison passée, et des Grecs globalement dominés s’en sont bien servis ce soir... Dans le jeu, la fluidité de l’opus précédent fait également défaut. Mais le problème le plus criant, sans doute, est le manque d’apport des recrues. Congré et Mounier n’amènent pas le petit plus espéré. Surtout, devant, les deux attaquants achetés pour combler le départ d’Olivier Giroud ne l’ont pas fait oublier, loin de là. En cause, donc, Emanuel Herrera et Gaëtan Charbonnier.

Charbonnier, buteur à la Giroud
Mais ce soir, tandis que le néo-Gunner a une nouvelle fois débuté sur le banc de touche d’Arsenal, ne faisant son entrée qu’à la 75e minute de la rencontre face à Schalke, une de ses deux solutions de rechange a enfin pris le relais : Gaëtan Charbonnier. De plus en plus utilisé par le staff montpelliérain, l’attaquant qui évoluait encore il y a quelques mois à Angers, a ouvert son compteur but en Ligue des champions. Une déviation de la tête sur un ballon aérien pour initier l’action, et une belle frappe du gauche pour la conclure. Cela ne vous rappelle pas quelqu’un ? Du Giroud pur jus qui, comme par hasard, a fait la réussite du Montpellier de ce soir. Il faut dire que Charbonnier a tout de même quelques similitudes physiques avec Giroud qui se sont matérialisées ce soir, tant Charbonnier a été précieux dans son jeu de déviation. Dangereux à plusieurs reprises, le grand blond a beaucoup pesé sur la défense grecque et cela laisse quelques espoirs pour l’avenir. Le problème, c’est que la défense montpelliéraine, de son côté, n’a pas été capable de tenir le choc. Pas simple, c’est vrai, de régler tous les problèmes en une seule soirée. Mais en Ligue des champions, cela ne pardonne pas.