Accès direct au contenu

C’était il y a 43 ans

Manchester United Wembley encore une fois

Alex Stepney qui a joué lors de la finale à Wembley en 1968 se rappelle de l'ambiance survoltée dans les travées de ce stade mythique. Son témoignage invite la nouvelle génération à réitérer l'exploit.

C'était en 1968, Manchester United jouait déjà la finale de Coupe d'Europe à Wembley, contre Benfica cette fois-ci. Quarante-trois ans après le théâtre des rêves accueille la nouvelle génération des Red Devils, mais Alex Stepney, grand nom de United s'est confié au tabloid anglais TheSun, et il n'a pas oublié l'émotion incroyable qui se dégage de ces matchs.

Une émotion incroyable
Quarante-trois ans après, la mémoire d'Alex Stepney est intacte : l'ambiance du stade, les images de joie au coup de sifflet final et la fierté d'avoir remporté la Coupe d'Europe. Mais cette victoire avait une saveur particulière pour le coach Matt Busby ainsi que Bobby Charlton et Bill Foulkes, tous trois rescapés du crash de l'avion de l'équipe, 10 ans auparavant. Pourtant, «avant le match le sujet n'avait pas été évoqué entre nous», raconte Stepney, mais l'attention médiatique était concentrée autour de ses trois joueurs. Au coup de sifflet final, les joueurs de Manchester United n'ont pu s'empêcher d'avoir une pensée pour les disparus et Alex Stepney avoue que cette victoire était aussi la leur.

Ce soir, l'ambiance sera toute autre et portée à la fête mais les joueurs de United auront à l'esprit un certain esprit revanchard, par rapport à la finale perdue en 2009 à Rome, même si Sir Alex Ferguson s'est défendu de toute idée de ce genre. La soif de revanche, c'est peut-être ce qui transcende les Red Devils.

Rangée du fond, de gauche à droite : Bill Foulkes, John Aston, Jimmy Rimmer, Alex Stepney, Alan Gowling, David Herd. Rangée du milieu, idem : David Sadler, Tony Dunne, Shay, Brennan, Pat Crerand, George Best, Francis Burns, Jack Crompton (trainer). Rangée de devant : Jim Ryan, Nobby Stiles, Denis Law, Matt Busby (manager), Bobby Charlton, Brian Kidd, John Fitzpatrick

C'était leur finale, aujourd'hui, ceux qui sont encore présents regarderont la jeune garde tenter d'arracher la victoire des pieds du Barça.