Accès direct au contenu

Coup de boule

Un peu dhumour monsieur dupuis

le10sport

Photo La Voix des Sports. Apparemment, on n'aime pas se faire chambrer à Boulogne. Mais alors pas du tout, surtout un soir de cuisante défaite (2-5). Le directeur de la communication du PSG Bruno Skropeta en a fait les frais.

On savait certains joueurs capables de se friter dans les couloirs menant aux vestiaires, comme les réputés clashs entre joueurs du PSG et de l'OM. On avait déjà vu un dirigeant insulter un joueur à la fin d'un match, comme le célèbre "tarlouze" de Louis Nicollin à l'encontre de Benoit Pedretti. Ne manquait que l'agression physique à ce beau tableau. Le directeur sportif de Boulogne-sur-Mer Bruno Dupuis (photo) s'est chargé de rétablir cet oubli, en assénant un coup de tête au directeur de la communication du PSG Bruno Skropeta à la fin de Boulogne-PSG. Une réaction excessive suite au chambrage dont aurait été victime le dirigeant nordiste après la lourde défaite 2-5 de son équipe à domicile: « Je ne veux pas rentrer dans les détails mais on m'a chambré, a t-il expliqué. J'ai eu une réaction épidermique et j'ai chahuté ce monsieur mais j'estime que dans la défaite comme dans la victoire, il faut garder de la décence. » Décence, le mot est lâché. Mais Bruno Dupuis en connait-il la signification? Résultat de ce coup de sang, Skropeta a rejoint le bus parisien avec un pansement sur le nez et envisagerait de porter plainte.

Jurisprudence Nicollin

Mais Dupuis ne risque pas seulement une sanction pénale. La Conseil National de l'Ethique (CNE), qui vient de suspendre pour deux mois le président de Montpellier Louis Nicollin, ne peut rester de marbre face à un tel geste. Le contexte joue évidemment un rôle, les Boulonnais s'estimant de plus lésés par l'arbitrage de Mr. Bré: « Franchement, je commence à en avoir ras-le-bol de l'arbitrage, s'est plaint le président de l'USBCO Jacques Wattiez dans la Voix des Sports. Ce n'est pas la première fois que nous sommes désavantagés. Si c'est ça désormais le football, autant donner les résultats des matches avant de les jouer. Il fallait vraiment être aveugle pour ne pas voir qu'il n'y avait pas penalty. Bien sûr, ça n'explique pas tout, mais à 1-1 ce n'est quand même pas pareil qu'à 1-2. » Malgré ce fait de jeu, on peut s'attendre à ce que la commission, suite au rapport du délégué de la LFP, se saisisse de cette affaire. Dupuis s'expose à une suspension bien plus lourde que dans l'affaire Nicollin. Le football déchaine toujours autant les passions...

Quelle sanction donneriez-vous à Bruno Dupuis?