Accès direct au contenu

Affrontements

Situation hors controle a marseille

le10sport

Les différents heurts provoqués par le report du clasico sont désormais terminés à Marseille. Les supporters parisiens ont été escortés par la police vers la gare Saint-Charles où ils sont montés dans un train direction Paris. Une dizaine de blessés légers est à déplorer.

Après plusieurs foyers d'affrontements constatés en ville, Marseille a retrouvé peu à peu son calme. Les supporters parisiens encore présents dans la cité phocéenne ont été conduits à la gare Saint-Charles où un train de 500 places les attendait pour regagner la capitale à partir de 19h30. Selon plusieurs témoins, les heurts ont finalement été assez limités, les forces de l'ordre s'interposant assez rapidement entre les belligérants. Un supporter parisien a tout de même été conduit à l'hôpital après avoir été piétiné dans un bain de foule. Les premières informations indiquent que ses jours ne sont pas en danger. Une dizaine de blessés légers est à déplorer. Le nombre des interpellations est identique. L'incident le plus grave des heurts observés ce dimanche à Marseille semble être ce supporter qui va être opéré à une jambe. Mais le pronostic vital n'est pas engagé selon la préfecture de police de Marseille.

Plus tôt dans la journée, notre envoyé spécial avait constaté les différents affrontements dans la ville. Dès l'annonce officielle du report de la rencontre, les forces de police ont prié les 19 bus de supporters parisiens à faire demi-tour. Insuffisant pour empêcher les affrontements.

Plusieurs fans parisiens avaient réussi à se rendre à Marseille par leurs véhicules personnels ou par trains. Des grappes de supporters ont donc été lâchées dans la ville, rendant la situation encore plus incontrôlable pour les autorités locales. Les premiers heurts ont eu lieu aux abords du Vélodrome dans le parc Chanot. Neuf camions de CRS avaient été dépêchés sur place rapporte La Provence ce qui n'a pas empêché un bus parisien d'être caillassé selon notre envoyé spécial.

Des affrontements encore plus violents ont ensuite éclaté cours Jean-Ballard ainsi qu'à la gare Saint-Charles et sur le Vieux-Port.