Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : Qatar, supporters… Les confidences de Pierre Ménès sur le Parc des Princes

Parc des Princes

Samedi, plusieurs supporters parisiens ont été expulsés du Parc des Princes dans le cadre du match de l’équipe féminine. Pierre Ménès a évoqué le rapport club/supporters.

Invité à réagir sur l’expulsion de plusieurs supporters parisiens samedi dernier, Pierre Ménès est revenu sur le rapport entre le club parisien et les supporters, mais également sur l’ambiance du Parc des Princes.

« LES DIRIGEANTS NE VEULENT PAS D’UN STADE BOUILLANT »

« Je ressens une certaine forme d’impuissance. Le souci c’est qu’entre les supporters, les clubs et les autorités politiques il n’y a aucun dialogue. On s’aperçoit que malgré les interdictions de stade ou de déplacements les problèmes sont toujours présents. Certains supporters se foutent sur la gueule sur l’autoroute. Tout cela est plus grave que les polémiques faites sur Zlatan Ibrahimovic et Dimitri Payet parce qu’ils ont gueulé dans les couloirs. Le problème des supporters du PSG est particulier, le plan Leproux apparaît comme une punition. Il est prévu que ce plan soit assoupli. Il faut réouvrir le Parc tout en étant vigilant sur les débordements qu’il pourrait y avoir. Le club appartient aux qataris. Il faut voir ce qu’il se passe au Qatar et leur façon de fonctionner. Ce n’est pas un pays connu pour ses libertés. Beaucoup se plaignent du manque d’ambiance dans le nouveau Parc des Princes, mais les dirigeants ne veulent pas d’un stade bouillant. Le prix des places augmente et ça devient compliqué pour beaucoup de supporters de s’aligner », a tout d’abord confié Pierre Ménès, avant de justifier l’augmentation du prix des places sur le blog Fais-ça bien.

« D’UNE TWINGO À UNE BMW »

« Le Parc ne sera jamais plus comme avant. La rénovation fait que le stade est différent. Il est plus modernisé, plus confortable et plus familial. C’est logique que le prix des places augmente pour voir des stars internationales comme Thiago Silva et Zlatan Ibrahimovic. C’est comme lorsque tu as une Twingo et que tu passes à une BMW, c’est plus cher. »

Articles liés