Accès direct au contenu

VENGEUR DEMASQUE

PSG : Silva tient enfin sa vengeance

Thiago Silva

Ce soir à Porto (20h45), Thiago Silva va connaître une émotion particulière quand il va entrer sur la pelouse de l’Estadio de Dragao. En effet, il a déjà un passif malheureux avec l’équipe portugaise.

Thiago Silva a joué à Porto pendant la saison 2004/2005 et n'a jamais joué un match officiel avec le club du nord du Portugal.Le Brésilien n'y est resté qu'une demi saison avant de partir en Russie, du côté du Dynamo Moscou. Ce soir les souvenirs vont remonter pour lui. « Pour moi ce sera un match spécial parce que je suis passé dans le club, même si ce fut très rapide. Je n'ai jamais porté le maillot de l'équipe première du FC Porto, mais j'ai beaucoup de tendresse pour ce club. » Déclare-t-il au quotidien sportif portugais O Jogo. Passé par Moscou, puis retourné au Brésil à Fluminense, le défenseur est revenu en Europe à Milan puis au PSG. Pendant tout ce temps, il n’a pas manqué les performances de son ancienne équipe qu’il connaît bien. « C'est une équipe qui attaque bien, encore plus quand ils jouent à domicile. Même s'ils ont perdu l'un de leurs meilleurs joueurs, Hulk, Porto continue à avoir une excellente attaque, car celui qui le remplace fait du très bon boulot. » évoquant le rôle de Silvestre Varela. 

Paris vient gagner même si Porto est favoris
 Thiago Silva va disputer son deuxième match de Ligue des champions cette saison et après un premier but inscrit face au Dynamo Kiev, le ton est offensif. « Ce n'est pas parce que nous jouons à l'extérieur que nous allons attendre derrière. Nous sommes en train de vivre une époque spéciale et nous grandissons à chaque match. Nous cherchons à atteindre notre objectif principal qui est la victoire. Je suis sûr que ce sera très offensif. » déclare-t-il. Et quand on lui demande qui est le favori, il répond : « C'est le FC Porto, ajoutant Ils ont beaucoup de qualités dans tous les secteurs et jouent à la maison, avec l'appui de ses supporters. Dans cette compétition c'est très important. ».

Par Arnaud Boisteau avec Gary De Jesus