Accès direct au contenu

Main de fer

PSG : Blanc conserve la marche à suivre pour les supporters

Jean-Claude Blanc

Sur le terrain, le PSG se porte très bien. Mais une partie des supporters ne digère toujours pas les nouvelles règles mises en place. Jean-Claude Blanc, directeur général du club, refuse toute évolution.

Vendredi 14 septembre. Le PSG Handball version qatarie entame son championnat à domicile, à Coubertin. Une rencontre qui attire les foules, dont certains habitués du Parc des Princes. Parmi eux, quelques interdits de stade. De stade de foot, pas d’enceinte sportive. Mais à l’entrée, les voilà refoulés. Alors qu’un début de polémique est en train de naître, Jean-Claude Blanc, directeur général du PSG, a tenu à apporter ses précisions dans les colonnes du Parisien : « Un certain nombre de gens qui n’ont pas respecté les règles de savoir-vivre vis-à-vis du club dans le passé avaient acheté des billets pour le handball. Nous avons jugé nécessaire de ne pas les accepter dans la salle. On leur a donc remboursé leurs billets en leur disant qu’ils n’étaient pas les bienvenus. J’ai dû signer entre trente et quarante lettres. C’est un principe de précaution ».

Le plan Leproux jugé positif
L’ancien de la Juventus profite de l’entretien pour aborder le plan de sécurité, made in Robin Leproux. Et réfute une politique plus souple, pour l’accueil des plus férus : « Les lignes directrices sont maintenues. Il y a toujours une limitation à 7 places que l’on peut acheter en virage ou quart de virage et un placement aléatoire. C’est un plan jugé positif par tous et notamment par les spectateurs du Parc des Princes dont nous mesurons le taux de satisfaction tous les 3 ou 4 matchs. Ces mesures ne seront pas assouplies cette saison, pas plus que le retour des associations de supporteurs. Nous ferons de nouveau le point à la fin du championnat, mais aujourd’hui ce programme est pris en exemple dans d’autres stades. L’ambiance au Parc est nettement meilleure que ce qu’il y a eu pendant longtemps ».

« C’était une soirée référence »
Oui, n’en déplaise aux historiques, ce Parc des Princes plus aseptisé plait beaucoup aux dirigeants parisiens. Jean-Claude Blanc poursuit : « Je ne suis pas fan du « c’était mieux avant ». Face à Kiev, je n’ai pas trouvé que le Parc avait perdu son ambiance ni son âme. C’était une belle démonstration sur le terrain et dans les tribunes de ce que doit être une soirée réussie au Parc. C’était une soirée référence ». Et Zlatan, il en pense quoi ?

Découvrez Le 10 Sport de cette semaine en kiosques ou en ligne