Accès direct au contenu

Fin de la guerre

Pierre Obelix Menes peut avoir du coeur

le10sport

Yoan Gouffran l'avait sévèrement attaqué la semaine dernière, mais Pierre Menès n'est pas rancunier. Après la blessure du Bordelais, Pierre Menès a mis cette petite gueguerre de côté.

« J’en profite pour dire à Pierre Menès qu’il parle trop. Il parle beaucoup, mais je sais où le trouver, Obélix. » Yoan Gouffran, à la mi-temps du match, la semaine dernière, entre Lyon et Bordeaux, avait eu des mots assez durs envers Pierre Menès. Le chroniqueur du Canal Football Club avait auparavant critiqué à plusieurs reprises l'attaquant des Girondins, qui a répliqué. La réponse de Menès avait d'ailleurs vite fusé: « Je ne vais pas commencer à m'intéresser à ce que peut dire un remplaçant du fond de son banc de touche »

Menès compatit pour Gouffran
Bref, les deux hommes semblaient partis sur une guerre des mots que la rencontre Bordeaux-Caen est venue interrompre tout net. Lors d'un but (refusé mais valable), inscrit face aux Normands, Gouffran s'est blessé, avec une fracture de la malléole externe, qui le tiendra éloigné des terrains jusqu'au terme de la saison. On attendait donc la réaction d'un Pierre Menès qui a eu, il faut bien le reconnaître, l'élégance de ne pas en rajouter. « Je le dis sans aucune malice, je lui souhaite un prompt rétablissement. On peut s'engueuler mais quand il y a une blessure comme ça, c'est autre chose. »